Moh6

IL TENTE DE QUALIFIER LE FRONT POLISARIO DE « TERRORISTE » : Le Maroc ou le remake d’une méthode israélienne ratée

En tentant de profiter d’une conférence sur le terrorisme, organisée grâce aux conseils éclairés de son nouveau mentor Israël, le Maroc s’est planté. La finalité de cette rencontre parrainée par le Makhzen était de parvenir à un consensus des participants sur la nature « terroriste » du Front Polisario, rien que ça…

Or, Rabat feint d’ignorer l’essence et la nature de cette organisation de libération qui avait, depuis sa naissance en 1973, combattu la présence espagnole au Sahara occidental et au Rio de Oro, avant de poursuivre sa lutte, par les voies pacifiques et militaires l’occupation marocaine.
Les concepteurs de cette rencontre,  qui n’est pas parvenue aux objectifs qui étaient définis, ont voulu profiter de l’expérience israélienne qui a réussi, grâce au soutien de certaines capitales occidentales, à classer certaines organisations palestiniennes comme groupes terroristes. Mais dans le fond, Israël n’a pas réussi à gagner à sa cause, sa haine de tout ce qui est palestinien ni le droit du
peuple frère a vivre dans un pays aux frontières reconnues par la communauté internationale. Elle a réussi plutôt à montrer son visage hideux d’entité terroriste, colonialiste, expansionniste et voyou qui ne se soumet ni  aux résolutions du Conseil de sécurité ou l’assemblée générale de l’Onu, ni à la volonté de la communauté internationale qui aspire à un règlement équitable et juste du problème de la guerre au Moyen orient.

L’Algérie qui a dénoncé la tentative de détournement de la conférence
pour en faire une occasion pour classer le Front Polisario comme organisation terroriste et une tribune pour appuyer le plan d’autonomie présenté par Rabat comme seul cadre de solution a, à maintes reprises mis en garde contre la volonté de certaines capitales de faire l’amalgame entre les organisations terroristes et celles qui luttent pour l’indépendance de leur pays ou qui veulent s‘affranchir de la domination de l’occupant. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu le respect des peuples en lutte et les foudres de guerre du Maroc, d’Israël et des certaines capitales occidentales qui ne lui pardonnent pas son non-alignement et son soutien aux causes justes des peuples.
Cette conférence aurait dû être placée plutôt sous l’intitulé, « Israël-Maroc, deux occupants, une même essence ». C’est la finalité à laquelle aspiraient, en fin de compte, les parrains de cette rencontre car Israël de par sa nature d’entité criminelle, continue de réprimer dans le sang le combat du peuple palestinien et le Maroc, de par sa nature expansionniste, est en train de suivre, pas à pas, les traces de son nouveau gourou.
Les faits sont souvent têtus et prouvent que le Maroc est en train de s’imprégner des conseils de son nouvel allié Israël.
Tsahal, mène ses raids en Syrie, au Liban, elle avait fait intervenir ses commandos en Ouganda, sur l’aéroport d’Entebe (juillet 1976), a tué de sang-froid des résistants palestiniens en France,  en Allemagne et même en Tunisie  (janvier 1991), et ces crimes abjects n’avaient pas suscité de dégout ou de rejet chez ses protecteurs du monde occidental. Ce sont ces exemples qui ont inspiré le Makhzen qui a ordonné dernièrement les assassinats de ressortissants étrangers, dans des territoires étrangers en usant de moyens sophistiqués. Israël qui a mis un pied dans la région du Maghreb est le Satan par lequel arriveront les malheurs pour les peuples de la région. Le peuple algérien est conscient des dangers que représente la présence de cet État criminel dans la région.
C’est pourquoi il faudrait renforcer le
front intérieur par un rassemblent de tous les patriotes pour faire face aux dangers qui guettent notre pays.  La grande blague que voulait s’offrir le palais royal en parvenant à classer le Front Polisario comme organisation terroriste, s’est révélée être un bide,
car le combat du peuple Sahraoui est toujours reconnu et soutenu par la communauté internationale et la dernière sortie de la Turquie qui a démenti son prétendu soutien au plan marocain de règlement du conflit au Sahara occidental en est la preuve.

Slimane B.