Ahmed Raïssouni

IL APPELLE AU DJIHAD POUR S’EMPARER DES TERRITOIRES SAHRAOUIS, DE LA MAURITANIE ET DE TINDOUF : Ahmed Raïssouni, le larbin zélé du Makhzen

Dans ses désillusions, le Makhzen fait appel à l’un de ses obséquieux les plus attitrés pour jouer le héraut de ses thèses funestes qui ne se limitent pas désormais au Sahara occidental, mais vont au-delà pour aborder d’autres territoires, comme celui de « conquérir » la Mauritanie et pourquoi pas encore l’Algérie via Tindouf. Un délire à la sauce makhzénienne ! La tribune s’appuie sur un certain Ahmed Raïssouni, un marocain, de notoriété publique le président de l’Union internationale des savants musulmans dont le siège est élu à Doha. Ce servile est appelé à la rescousse pour regagner son pays en toute urgence. Pour quelle mission ? Arrivé en catastrophe au Maroc, cet érudit islamiste invétéré qui n’est pas étranger au Parti de la justice et du développement d’El Otmani-signataire des Accords d’Abraham pour le Maroc- dont il est le gourou, a fait une sortie médiatique curieuse à propos de la question du Sahara occidental, qu’il considère, ce qui n’est pas une surprise pour un larbin, comme territoire « marocain ». Pour un mercenaire, franchement, on aurait constaté qu’il n’a pas du tout déçu ses maitres du palais, car il a rendu sans limites les visées expansionnistes marocaines dans toute la région. Outre le fait qu’il valide l’occupation de son pays du Sahara occidental qui est pourtant inscrit comme dernière colonie en Afrique, faut-il le lui rappeler, Raïsouni s’est ingénié en réclamant la propriété de la mauritanie et même de toute une région algérienne, Tindouf, à savoir. Rien que ça ! Pis encore, il appelle les marocainsoublieux que le peuple paye jusqu’au jour d’aujourd’hui la politique de paupérisation du régime de mohammed VI- à réinventer l’illusion « marche verte » pour s’emparer et du Sahara occidental, et de la Mauritanie ou encore de Tindouf. C’est dire que la politique expansionniste du makhzen n’a pas de limites désormais. La mission de Raïssouni, dont les déclarations provocatrices aussi bien à l’égard de la mauritanie comme de l’Algérie en tant que pays souverains, engagent de surcroit l’Union internationale des savants musulmans puisqu’il est présenté sur la chaine de télévision comme son président. Et si le makhzen fait appel à ses services de mercenaire, au-delà du déni de la question sahraouie et de la provocation de deux pays de la région qui leur dérangent par la consolidation de leur rapprochement à la faveur des récents accords sur la coopération bilatérale algéro- mauritanienne, c’est pour lui servir de tribune à l’effet de relayer en bon corbeau qu’est ce Raïssouni ses chimères thèses qui ne trouvent plus de preneurs, même pas par ses propres alliés dits stratégiques. Et encore moins auprès de ses maitres sionistes qui, aux dernières nouvelles, commencent à prendre leurs distances pour tout l’échec qui profile à l’horizon pour les Accords d’Abraham. Par ailleurs, l’Union internationale des savants musulmans s’est démarquée, hier, des propos de son président Raïssouni. En tout ce que constituent ces déclarations comme dérive inopéable à l’égard de l’Algérie, le président de l’Association des oulémas algériens, Ahmed Guessoum, a protesté auprès du Secrétaire général de l’UISm qui, à son tour, s’est engagé à rendre publique une déclaration dont laquelle cette Union déjugera son président dont les propos n’engagent que lui-même.
Farid G.