5.9 C
Alger
25 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Habitat : cinq usines pour booster le secteur

Lorsque le bâtiment va, tout va. Cette maxime prend la mesure de tout son sens pour le cas de l’Algérie. En effet, et depuis des décades, le citoyen algérien se débat, quotidiennement, avec la sempiternelle crise du logement. Exiguïté, promiscuité, surcharges, les Algériens sont entassés dans leurs demeures. Pour d’autres, se sont des chalets et à défaut des baraques en zinc à la périphérie des centres urbains qui leur servent de foyers, à eux et à leurs familles. Certains, et ils sont légion dans le pays, ont recours à la location, subissant un casse-tête inextricable et vivant dans une conjoncture des plus aléatoires. C’est à ce titre, d’ailleurs, que le secteur de l’habitat constitue autant le sujet de discussions le plus favori de nos concitoyens que l’un des soucis majeurs des pouvoirs publics. En fait, toutes les formules sont les bienvenues. Actuellement et en tête de liste, vient la formule Aadl, suivie de très près par le logement public-locatif, le logement social-participatif et le logement promotionnel. Mais il y a aussi les formules du logement rural quand ce ne sont pas des aides qu’offrent les autorités publiques à l’auto-construction. En parallèle, et concurremment avec les opérations de relogement, ayant, certes, principalement concerné les grandes villes du pays, mais aussi d’autres, afin d’éradiquer l’habitat précaire, il y a la politique de la rénovation du vieux bâti. Ainsi, et selon un bilan arrêté à l’occasion de cette fin d’année 2014, il en ressort que les responsables de département de l’habitat, et à leur tête le ministre en charge, Abdelmadjid Tebboune, se sont évertués à prodiguer des efforts supplémentaires en matière de renforcement des capacités de réalisation allant dans le sens de concrétiser les programmes de logements annoncés officiellement. C’est dans ce cadre que les autorités publiques escomptent, dorénavant, développer une industrie de logement à travers laquelle les moyens de réalisation nationaux devraient, non seulement se moderniser, mais aussi renforcer leurs capacités qui ne dépassent pas, actuellement, les 80 000 logements/an, dont 4 000 par le secteur public. Plusieurs mesures incitatives pour les investisseurs désirant se lancer dans cette activité, notamment à travers des contrats d’achat garanti de cinq ans, ont été annoncées, ainsi, par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.

La SGP Indjab restructurée en cinq (5) grandes entreprises représentant la capacité de réalisation publique, la Société de gestion des participations de l’État (SGP) Indjab, qui regroupe 56 entreprises spécialisées dans le bâtiment, compte installer cinq (5) usines de logements dans le cadre de son plan de restructuration. Ce qui constitue, selon ses initiateurs, l’un des événements marquants de l’année 2014. En clair, le plan de restructuration prévoit la scission de la SGP Indjab en cinq (5) grandes entreprises couvrant l’ensemble du territoire national, permettant, entre autres, de résoudre le problème de manque d’entrepreneurs BTP dans les wilayas du Sud. La production des entreprises publiques de réalisation devrait augmenter à 80 000 logements/an, contre seulement 4 000 logements, actuellement.

Des facilitations accordées aux entrepreneurs
Par ailleurs, et toujours avec la ferme volonté de booster le secteur de l’habitat, des facilitations sont accordées en direction des entrepreneurs nationaux privés. Une démarche qui entre dans le cadre de l’assainissement de l’environnement de ces entreprises privées. Une autre mesure a été également prise. Elle consiste à bonifier à 100% les intérêts sur les crédits accordés aux entreprises de réalisation qui prennent en charge le programme de logements location-vente. Les mesures d’encouragement des opérateurs publics et privés tendent, principalement, à faire face à la faiblesse structurelle des capacités de réalisation, sachant que le programme de logement a prévu de lancer 2,7 millions de logements, avant la fin 2014, et 1,6 million de logements à l’horizon 2019. Sur ce plan, il s’est avéré que les promoteurs publics engagés dans la réalisation des différentes formules de logements, à l’instar de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (Aadl), se plaignent de l’infructuosité fréquente de leurs appels d’offres, imposant l’urgence du renforcement des capacités nationales, en matière de bâtiment, et de recourir à la modernisation des moyens de réalisation, comme choix stratégique. Afin de parer à ce problème, le ministère de l’Habitat a rendu publique une deuxième short-list d’entreprises capables de prendre en charge les projets de 400 à 2 000 logements. Cette deuxième short-list vient en appoint à celle de l’année 2013, qui concerne les entreprises capables de mener à terme les projets d’ensembles intégrés de 2 000 à 5 000 logements. Les promoteurs publics, comme les OPGI et l’Aadl, auront toute la latitude de recourir à cette short-list pour choisir, directement, une entreprise de réalisation, ce qui facilitera le lancement de leurs projets. Près de 2,19 millions de logements ont été lancés avant trois mois de l’achèvement du programme quinquennal 2010-2014, indique le bilan du secteur de l’Habitat. En détail, les projets lancés à la faveur de ce plan quinquennal comprennent 925 000 logements publics-locatifs (social), 869 000 logements ruraux, 105 000 logements de type location-vente (Aadl) et 30 000 logements promotionnels publics (LPP).
En ce qui concerne la formule Aadl, celle-ci est à la phase de remise des ordres de versements. Les anciens souscripteurs (2001-2002) ont procédé au versement de la première tranche du prix du logement tandis que le programme Aadl 2 est à l’étape de remise des ordres de versements. Une opération que les responsables de l’Aadl espèrent achever avant la fin de l’année en cours. Autre exemple, celui de l’Entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI) qui a remis les ordres de versement aux souscripteurs du programme de logements promotionnels publics (LPP) destinés aux citoyens, dont le revenu se situe entre 108 000 et 216 000 dinars. Sont concernés, par le programme LPP, quelque 36 000 souscripteurs qui ont, néanmoins, revendiqué de revoir à la baisse les prix de logements (8 millions de dinars pour l’appartement de type F4). Les souscripteurs LPP ont aussi exigé l’octroi de crédits sans intérêts pour le payement de ce prix.

Relogement, villes nouvelles, vieux bâti…
Dans le cadre d’un programme visant à éradiquer définitivement l’habitat précaire avant la fin 2015, la capitale (Alger) a vécu durant l’année 2014 au rythme d’une vaste opération de relogement. Sur un autre registre, le respect de l’urbanisme est de rigueur puisque au lieu et place de cités-dortoirs, les nouvelles cités renferment les infrastructures socio-urbanistiques de base comme établissements socio-éducatifs, espaces verts et espaces de jeux, annexes d’état-civil, marchés, etc. C’est en ce sens que le Conseil national de l’Ordre des architectes a été associé et pour cause, afin de revaloriser l’aspect urbanistique. Dans le même sillage, le ministère de l’Habitat a installé de nouveaux conseils d’administration des villes nouvelles, l’Observatoire national de la ville et a procédé, aussi, a au lancement d’un plan de mise à niveau des villes. Le cadre juridique régissant l’urbanisme a également été révisé à travers notamment des cahiers des charges de logements qui reflètent l’identité nationale, ainsi que la reconsidération des instruments de l’urbanisme, principalement le Pdau (Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme) et le Pos (Plan d’occupation des sols). La prise en charge du vieux bâti, particulièrement à caractère patrimonial et culturel, a connu un nouvel élan en 2014 avec le lancement des travaux de réhabilitation à Skikda, Constantine et à Oran en utilisant les technologies les plus récentes pour l’évaluation et le contrôle technique.
Mohamed Djamel

Related posts

Santé : Cinq nouveaux centres anti- cancer réceptionnés à la fin 2016

courrier

DES ENTREPRISES ESPAGNOLES EXIGENT DES RÉPARATIONS DE PEDRO SANCHEZ : « Le revirement sur le Sahara occidental est derrière nos pertes »

courrier

Reprises des activités pétrolières en Libye : En attendant la fin des combats

courrier

Lotfi Ramdani, directeur du site Lkeria, spécialisé dans l’immobilier et la locationde logements : «Le déficit annuel est estimé à plus de 100 000 unités»

courrier

SECTEUR DE L’ÉDUCATION : 2023 s’achève sur une bonne note

Redaction

LA VIE SEMBLE REPRENDRE SON COURS NORMAL MALGRÉ LE REBOND INQUIÉTANT DE LA PANDÉMIE : Relâchement périlleux dans les rues d’Alger

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.