Feu

FEUX DE FORÊTS : L’opération d’indemnisation quasiment achevée

L’opération d’indemnisation des sinistrés des feux de forêts ayant touché récemment certaines wilayas de l’est du pays est pratiquement achevée, a annoncé hier Djamel Touahria, directeur général de la DGF (Direction générale des forêts).

Intervenant sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio algérienne dont il était l’invité de la rédaction, Djamel Touahria a donné des précisions sur le recensement des sinistrés au niveau des trois wilayas qui ont le plus été affectées par les incendies de forêts: ils sont 393 à El-Tarf, 98 à Guelma et 155 à Souk Ahras. Le travail de recensement a été réalisé par une commission sur la base des déclarations des sinistrés qui sont en partie des riverains qui vivent près des forêts. Concernant les superficies, au total, ce sont 24 000 hectares qui ont été brûlés, très en deçà des 89 000 ha qui avaient été détruits par les incendies au cours de l’été 2021 principalement dans la wilaya de Tizi Ouzou. Cette année, les feux se sont déclarés dans des forêts situées dans la partie est du pays, notamment El-Tarf (8970 ha touchés) mais aussi la wilaya de Tipasa (1000 ha), a précisé le DGF. Après l’opération indemnisation, il reste maintenant, dit-il, les interventions biologiques, c’est-à-dire l’installation des ruches pleines et la plantation des arbres qui commencera en octobre. L’activité agricole forestière a une part importante dans l’économie nationale et elle doit être protégée et préservée, a-t-il souligné. Ahmed Touahria a rappelé les actions de solidarité nationale avec les sinistrés. Concernant l’assurance que devraient souscrire les agriculteurs pour se protéger face aux impacts des catastrophes naturelles, le DGF estime que les assureurs ont un travail de sensibilisation à faire, c’est ce que fait la CNMA. Il fait observer que les grands agriculteurs souscrivent mais les petits agriculteurs sont réticents. C’est une question de civisme, conclut-il sur ce point. Les feux de forêts sont un risque majeur. L’État a élaboré une stratégie qui comprend la sensibilisation, les travaux de prévention et l’intervention. La sensibilisation est destinée à la population riveraine qui doit être préparée à ce risque majeur. La stratégie vise la mise en place du dispositif nécessaire à la prévention : points d’eau, ouvertures de pistes, postes de surveillance, brigades d’intervention une fois l’alerte donnée. Quand les incendies se déclarent dans des zones inaccessibles, des moyens aériens sont utilisés. C’est ce qui s’est fait cet été. Le DGF a tenu à donner aux incendies enregistrés cette année en Algérie leurs dimensions réelles qui ont été faussées par la violence, notamment dans les 3 wilayas de l’est du pays qui représentent à elles seules plus de 60% de la superficie incendiée et 24 morts. Il fait remarquer que le bilan global des incendies est en recul par rapport à l’année dernière, la superficie totale incendiée au niveau national est de 24 073 hectares, dont 90% des superficies sont situées dans 8 wilayas.  Il précise qu’il n’y a pas eu de morts à l’intérieur des forêts touchées par les incendies parce que les populations ont été évacuées. C’est sur les voies d’accès aux forêts qu’ont été enregistrées les victimes. La diminution des dégâts est le résultat des plans et des mesures de prévention mises en place par les autorités et aussi grâce à la mobilisation des différents secteurs, à l’instar de la protection civile, de la Gendarmerie nationale et de l’Armée nationale populaire, dit-il. Pour accomplir correctement ses missions, il annonce un renforcement des capacités d’intervention de la DGF. Une demande en ce sens a été adressée au ministère des Finances pour le renforcement des effectifs par le recrutement et la formation de nouveaux agents. Autre  changement en perspective: le réarmement des gardes-forestiers, qui sont un corps qui dispose de l’autorisation de porter des armes. Les garde-forestiers vont récupérer leurs armes, annonce le DGF.
M’hamed Rebah