E-commerce

OBJECTIF VISÉ PAR LE PROCHAIN SALON DU E-COMMERCE ET DES SERVICES EN LIGNE À LA SAFEX : Conférer une dimension professionnelle à l’e-commerce

La Safex accueille du 20 au 23 septembre la première édition du salon du e-commerce et des services en ligne (ECSEL). Un événement parrainé par le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, le ministre de la Numérisation et des Statistiques, ainsi que le ministre délégué chargé de l’économie de la connaissance et des startups.

Lors d’une conférence de presse animée hier au salon des expositions par le chargé de communication et développement d’ECSEL, Redouane Hammou, le directeur de marketing et communication de l’opérateur algérien « ICOSNET », Lotfi Benyelles, ainsi que la co-fondatrice de l’application de facturation en ligne « Fatora App », Madame Lina Ferrad, les grandes lignes de ce prochain rendez-vous ont été dévoilées aux présents.
Parmi les thèmes abordés lors de cette rencontre avec les différents médias privés et nationaux, les outils qui mèneront vers la réussite de ce projet, ses objectifs, et tous les axes importants qui relèvent des services électroniques dans le domaine du commerce. Orienter les visiteurs, leur donner une idée claire sur les mécanismes et perspectives du commerce numérique en Algérie, et aboutir à un projet d’envergure dans le domaine du e-commerce, seront ainsi les grands défis qui attendent ce salon à vocation digitale.
Avant même la tenue de ce salon, les organisateurs ont fait part de leurs grandes ambitions « de donner une dimension professionnelle au secteur du e-commerce et des services en ligne, en créant une synergie entre ses différents acteurs, mais surtout en intégrant le maximum de ces acteurs au circuit licite des pratiques commerciales en ligne ». Une initiative qui permettra selon eux,  aussi, « d’aider les acteurs économiques établis sur des marchés classiques, à activer leur transformation digitale et ainsi diversifier leurs canaux commerciaux en rencontrant des partenaires fiables pour les accompagner dans cette étape cruciale ».

 » Aider les startups à mieux s’adapter aux nouvelles méthodes du commerce en ligne »
Durant sa présentation, Hammou a expliqué que « plusieurs activités seront dédiées au salon, sous formes d’ateliers d’initiation, de débats et de formations, qui seront offertes durant toute la durée de l’événement. Pendant ces quatre journées d’exposition, les visiteurs pourront découvrir plusieurs entreprises actives dans le domaine du numérique et faire le constat de leur avancement respectif. À cet effet, notre grand souhait est d’ajouter à ce domaine relativement nouveau en Algérie, un caractère professionnel et de le booster, de sorte à ce que les utilisateurs s’adaptent au mieux à ces nouveaux mécanismes ». À une question sur les obstacles et difficultés que pourront rencontrer les futurs utilisateurs des différentes plateformes électroniques, le représentant d’ECSEL a souligné que « c’est aux entrepreneurs, commerçants et autres acteurs influents dans ce domaine de s’adapter, et pas le contraire. Il y a des règles à appliquer pour mieux s’inspirer du commerce en ligne et innover dans ce sens », mais outre ces exigences, Hammou a nié toute entrave susceptible de faire obstacle à ces ambitions et ces perspectives.
À propos de l’écosystème souhaitable en vue de la bonne marche dans le développement  du secteur technologique et numérique, et celle de la place que réserve le salon aux startups émergentes dans la pays, le chargé de communication d’ECSEL a été catégorique, en annonçant que « le fait qu’une startup émergente comme Fatora soit présente à cette conférence de presse, illustre à quel point les entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou de grand standing, auront leur place dans ce salon. La présence d’un grand du web, à l’instar de l’entreprise « ICOSNET » est également un signe fort que les acteurs du e-commerce en Algérie peuvent cohabiter et y trouver leur compte, grâce notamment au partage d’expérience  »

« L’État, conscient des exigences, mettra les moyens « 
Pour ce qui est du cadre juridique en vigueur dans ces nouveaux processus de commerce digital, le représentant d’ICOSNET a affirmé que « l’Etat était présent dans toutes ces démarches, à travers des lois qui pourront faciliter la transition et mettre dans les meilleures conditions les utilisateurs en ligne, et protéger ainsi les données et tout ce qui a trait au fonctionnement du e-commerce ». Dans ce sens, Benyelles admet que « cela prendra un certain temps, mais avec les démarches et décisions prises à cet égard, ainsi que les moyens qui sont déjà mis à la disposition des utilisateurs, tous les moyens seront bientôt optimisés en vue de la réussite de ce projet ». Enfin, au sujet des moyens matériels et des services technologiques qui assureront une bonne couverture internet, le directeur marketing d’ICOSNET a confié que l’Algérie a déjà fait un grand pas dans ce sens, et que « c’est grâce notamment aux nouvelles prestations internet assez appréciables qu’il y a ce désir de développer le e-commerce en Algérie. Je pense que  l’Etat est conscient des exigences pour le bon développement du e-commerce, et que tous les moyens seront mis en place ».

Récompenser le meilleur e-service de l’année
À noter qu’en prévision de ce salon, un prix sera décerné au meilleur service en ligne de l’année. Le prix « ECSEL » est une récompense créée dans le but d’encourager les initiatives algériennes de création de services en direction des particuliers ou des entreprises œuvrant à l’amélioration du quotidien des citoyens et des professionnels. Un jury composé de trois juges sera installé par le commissariat du salon et visitera les participants au « Prix ECSEL du service en ligne de l’année » dans leurs espaces respectifs, pour découvrir les solutions en lice dans le concours avant de donner une note au service candidatant au titre de la solution en ligne de l’année.
Les services en ligne participants seront notés sur les critères suivants : La pertinence de la solution, la fiabilité technique de la solution, ainsi que le positionnement de la solution dans son marché. Dans le même sillage, deux catégories possibles pour l’inscription de leurs solutions seront proposées aux participants, à savoir catégorie professionnelle et catégorie grand public. Enfin, les lauréats des deux catégories recevront le titre du service en ligne de l’année ainsi qu’un accompagnement marketing pour la mise en avant de leurs services. Pour finir, et outre toutes ces dispositions prises envers cette première édition du salon du commerce en ligne, il est utile de souligner que parmi les facteurs qui seront décisifs en vue de réussir cette première en Algérie, l’omniprésence des représentants du ministère du Commerce, qui apportera sans équivoque plus de rayonnement et de satisfaction aux organisateurs, aux participants et aux visiteurs. Histoire bien sûr de viser le changement effectif et concret, loin des annonces évasives classiques.
Hamid Si Ahmed