Tebboune P2

FACE AUX MANŒUVRES SIONISTES QUI SAPENT L’ÉDIFICATION DE L’ÉTAT PALESTINIEN : Le président Tebboune interpelle l’ONU

Dans un message, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a interpellé fermement la communauté internationale et sur les violences sionistes accentuées dans les territoires palestiniens occupés et sur le droit du peuple palestinien à disposer de lui-même concernant l’édification d’un État avec Al-Qods pour capitale.

Dans son allocution, Tebboune a réitéré le soutien de l’Algérie à la lutte du peuple palestinien pour « le recouvrement de tous ses droits spoliés ». Ainsi, l’inertie dans laquelle s’est embourbée le Conseil de sécurité devient insupportable pour tout ce qu’elle participe comme statu quo et d’entreprise de sape des efforts allant dans le sens de rétablir les Palestiniens dans le droit absolu et internationalement consacré de fonder un État souverain. En effet, le chef de l’État appelle l’ONU à « assumer ses responsabilités historiques envers la violation par l’occupation sioniste de la légalité internationale et ses manœuvres visant à imposer la politique du statu quo, à se soustraire de ses engagements et à priver d’effet les conventions en vue de saper le projet d’édification de l’État palestinien souverain ».
À cette occasion, qui marque « une reconnaissance d’une injustice historique dont souffre le vaillant peuple palestinien dans sa lutte légitime pour le recouvrement de ses droits spoliés », le Président a rappelé que le statut de la cause palestinienne au regard des crimes perpétrés par les forces d’occupation sionistes « interpelle la communauté internationale à consentir davantage d’efforts afin d’amener l’ONU, notamment son Conseil de sécurité, à honorer ses engagements en matière de défense du droit et de l’ordre internationaux, à œuvrer à demander des comptes à l’occupation sioniste sur les dépassements et les violations commises contre le peuple palestinien et à assurer la protection internationale pour ce peuple ».
Il a rappelé, dans ce cadre, l’approche algérienne reposant sur le principe stipulant qu’ « aucune solution ne saurait être envisagée sans l’association des Palestiniens ».
Le chef de l’État a renouvelé l’attachement de l’Algérie à l’Initiative de paix arabe adoptée à Beyrouth lors du sommet de la Ligue arabe, une initiative basée sur « le principe du retrait total de l’ensemble des territoires arabes occupés en contrepartie d’une paix dans le cadre de la légalité internationale et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment les résolutions 242 et 338 ». La communauté internationale « est appelée à remédier à cette situation en renonçant à la politique de deux poids deux mesures et à assumer ses responsabilités historiques et juridiques », a tenu à souligner Tebboune.
Il s’agit pour ce faire, poursuit le chef de l’État, de « faire pression sur l’occupant israélien pour l’amener à se conformer totalement à la légalité internationale, afin d’éviter les conséquences de la situation actuelle et ses retombées directes sur l’instauration de la paix et la sécurité au double plan régional et international ». « Fidèle à ses principes appelant à redoubler d’efforts pour protéger le peuple palestinien des violations, l’Algérie réitère aujourd’hui à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, son soutien aux initiatives sincères et aux démarches sérieuses visant à instaurer la paix au Moyen-Orient sur la base de la légalité internationale », a soutenu le président de la République.
L’Algérie souhaite voir la situation humanitaire dans les territoires occupés constituer un motif et un signal d’alarme à l’ONU pour « assumer ses responsabilités afin de permettre au peuple palestinien de jouir de son droit légitime à récupérer ses terres et à établir son État indépendant souverain sur les frontières du 4 juin 1967 avec El-Qods pour capitale ».

Mahmoud Abbas en Algérie avant fin 2021
C’est une première pour le chef de l’autorité palestinienne depuis 2014, soit sa dernière visite en Algérie faite en décembre de cette année. Sept années plus tard, le président palestinien Mahmoud Abbas est attendu à Alger avant la fin de l’année courante, dans le cadre d’une visite officielle. C’est ce qu’a révélé le chef de la diplomatie nationale, lors d’un entretien au quotidien « El-Qods El-Arabi », et dans lequel Ramtane Lamamra a brassé large autour de la question palestinienne et le développement de la situation dans les territoires occupés. L’annonce tout comme le timing de la visite du chef de l’autorité palestinienne en Algérie ne sont pas un hasard de calendrier. De un, parce que la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien est célébrée en ce 29 novembre, et de deux, l’Algérie se prépare et prépare activement l’organisation du Sommet de la Ligue arabe prévu mars prochain à Alger. Une occasion pour l’Algérie de remettre l’organisation des pays arabes sur le chemin de la lutte commune en faveur de l’autodétermination des peuples. À commencer par la cause palestinienne, dont la démarche de normalisation avec l’entité sioniste, à laquelle ont adhéré bien des pays arabes, a fait accentuer la colonisation israélienne lorsqu’encore celle-ci a redoublé de férocité envers les Palestiniens.
F. Guellil