Libye

Face à l’imminente bataille annoncée de Tarhuna, à l’ouest de la Libye : L’Onu avertit l’ensemble des parties

La Mission d’appui des Nations unies en Libye a exprimé ses vives inquiétudes sur les derniers développements survenus sur la scène libyenne, notamment en matière des opérations militaires en cours, notamment à l’Est du pays, à Tarhuna.

Rappelant avec insistance que « toutes les parties doivent respecter leurs devoirs en vertu du droit international des droits de l’Homme et du droit humanitaire », la mission onusienne en Libye a mis en garde l’ensemble des parties, de recourir à des sanctions contre les auteurs qui cibleront les civils.  Autre mise en garde adressée par la mission de l’ONU, en Libye, à l’adresse des parties en conflit militaire, «  le recours à des sanctions arbitraires, hors de la loi, ou des cambriolages, des incendies criminels ou des dommages intentionnels à des biens publics et privés ». Ne manquant pas d’appeler encore une fois, « à l’arrêt de l’escalade militaire », l’ONU a invité avec insistance, les acteurs libyens en conflit armé à privilégier la voie du règlement pacifique de la crise libyenne, en les invitant à avantager « la primauté des options pacifiques » pour éviter en premier lieu des vies humaines et sortir le pays de la spirale du chaos et d’absence de vie politico-institutionnelle, depuis 2011. La Mission d’appui de l’ONU en Libye a appelé les belligérants à «l’arrêt de l’escalade militaire et à privilégier la primauté des options pacifiques», un appel qui peine à avoir un échos, en raison des interférences et d’ingérences d’acteurs étrangers, dont des occidentaux, sur la scène libyenne, sur fond de leurs intérêts respectifs, ne tenant pas compte de ceux de la Libye et de son peuple. Hier matin, de violents affrontements se sont éclatés, ont rapporté, selon des sources locales, des médias, entre l’armée libyenne que dirige le général à la retraite, Khalifa Haftar et les forces du gouvernement d’union nationale de Fayez El-Serraj, sur l’un des axes , de la ville de Tarhuna. Selon la même source, les forces du gouvernement d’El-Serraj ont tenté d’avancer vers cette ville, connue pour être acquise au général à la retraite Khalifa Haftar, dans l’ouest libyen, avec une autre, en l’occurrence Mezda, les deux principales, villes demeurant pro-Haftar, après la prise de contrôle par les forces d’El-Serraj de la ville d’El-Sabeâ, jeudi dernier . Dans le sillage de ses opérations militaires pour la mise sous contrôle de la ville de Tarhuna, hier, dans un développement remarquable, les avions des forces du gouvernement d’El-Serraj, ont largué des tracts au-dessus de la ville de Tarhuna, selon des médias locaux et étrangers. Dans le dit document, il est indiqué, selon les mêmes sources, que les forces du gouvernement d’union nationale appellent les habitants de Tarhuna «  à s’éloigner et à ne pas se rendre à proximité des lieux des groupes armés » en leur demandant, poursuit la même source, «de rester chez vous ». Les invitant, dans le dit tract « à ne pas laisser des hommes armés être présents entre les habitations, tout homme armé sera la cible de nos forces terrestres et aériennes » concluant que « celui qui déposera ses armes sera en sécurité » affirmant que « la bataille est résolue militairement, nous ne voulons pas plus de sang ».
Karima B.