petrole5

EN RAISON DES TENSIONS ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET LA CHINE : Les prix du pétrole en baisse

La déclaration du président américain Donald Trump dans laquelle il a affirmé qu’il « n’était pas prêt à conclure un accord » avec la Chine, a alimenté les craintes d’un affaiblissement de la demande de pétrole. En effet, cette déclaration a vite eu un impact sur les prix de l’or noir qui ont connu une baisse, durant les échanges commerciaux d’hier.

Ainsi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 57,97 dollars à Londres, en baisse de 0,96% par rapport à la clôture de vendredi. À New York, le baril américain de WTI pour livraison en septembre s’échangeait à 53,67 dollars, 1,52% de moins que vendredi. Dans une déclaration à la Maison Blanche vendredi, Donald Trump s’est montré agressif à l’égard de la Chine, en précisant que l’annulation des négociations prévues pour septembre est une « bonne chose ». « Nous ne sommes pas prêts à faire un accord. On les a dénoncés pour manipulation (de monnaie). On va voir si on maintient notre rencontre en septembre. Si on le fait, c’est bien, si on ne le fait pas, c’est bien aussi », a-t-il dit.

Évoquant même une possible annulation du round de discussions prévues en septembre à Washington, Donald Trump a affirmé que les États-Unis détiennent toutes les cartes dans ces discussions commerciales. Après la décision de Donald Trump jeudi 1er août de frapper toutes les importations de Chine de tarifs punitifs au 1er septembre, les tensions très vives entre Pékin et Washington se sont accrues un peu plus depuis une dizaine de jours.
« Les craintes d’un ralentissement de la croissance économique mondiale pèsent toujours sur le marché », a expliqué Carlo Alberto de Casa, analyste chez ActivTrades. « Le pétrole continue d’être sensible aux discours sur la guerre commerciale », a déclaré Alfonso Esparza, analyste principal des marchés chez OandaCorp, dans une note citée par Bloomberg.
« L’Arabie saoudite est disposée à faire davantage pour empêcher une chute libre, mais il est difficile d’imaginer à quoi cela ressemblerait. La longue guerre commerciale a été un facteur négatif pour les estimations de la croissance mondiale. »
Vendredi, le Fonds Monétaire International (FMI) a averti que la croissance économique chinoise ralentirait encore plus si la guerre commerciale avec les États-Unis se prolongeait.
À noter que le FMI a également abaissé ses prévisions de croissance de la demande de pétrole en 2019 et 2020 à 1,1 million et 1,3 million de barils par jour, respectivement. Dans une note publiée ce week-end, Goldman Sachs (NYSE:GS) a également averti que les craintes d’une guerre commerciale menant à une récession augmentaient.
Ces pronostics doivent être pris au sérieux par les responsables algériens afin d’éviter que la crise économique ne s’accentue, surtout que l’économie nationale est fortement dépendante des exportations en hydrocarbures.
Lamia B.

DEMANDE PÉTROLIÈRE MONDIALE
L’AIE  révise à la baisse ses prévisions

La demande mondiale sur le pétrole sera moins importante que prévue entre 2019 et 2020, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Dans son rapport mensuel sur le pétrole, l’AIE a révisé vendredi ses prévisions en raison d’une situation économique incertaine avec les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.L’agence s’attend, cette année, à une croissance de la demande en recul de 0,1 million de barils par jour (mbj). En 2019, la croissance de la demande devrait être de 1,1 mbj.Pour 2020, la croissance de la demande sera en baisse de 50.000 barils par jour, précise la même source.L’agence considère que les inquiétudes économiques ont pris le pas sur les tensions géopolitiques actuelles, notamment celles liées aux sanctions américaines contre l’Iran et à l’arraisonnement par ce pays d’un troisième navire étranger dans le Golfe.Les tensions commerciales persistantes entre les Etats-Unis et la Chine, sont un autre facteur cité par l’agence.
R. E.