Tebboune

ELLES PRENDRONT EFFET DÈS DEMAIN : Le Président décrète huit nouvelles mesures

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé dans la soirée de jeudi, huit nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, parmi lesquelles la suspension des liaisons ferroviaires et les transports collectifs urbains et inter-wilayas, et la mise en congé, sans effet sur leur salaire, de 50% des fonctionnaires, hormis ceux des services vitaux.

En effet, lors d’une réunion tenue au siège de la Présidence, le chef de l’État a annoncé huit mesures supplémentaires contre le Coronavirus, exprimant dans le même cadre « sa satisfaction de la prise de conscience croissante des citoyens quant à la gravité de la situation, en faisant preuve de vigilance et de prudence », réitérant son appel à « davantage de discipline et de respect des mesures de prévention, unique antidote jusque-là à travers le monde ». Du coup et après un long débat portant comparaison de l’évolution de la situation dans notre pays avec celle d’autres pays, notamment européens, la réunion a été sanctionnée par les décisions visant à endiguer la propagation de la pandémie et à appliquer les mesures d’isolement aux cas confirmés ou suspectés.
À ce titre, Abdelmadjid Tebboune a ordonné la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et inter-wilayas ainsi que le trafic ferroviaire, la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires, ainsi que la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âges, cite dans un communiqué, la présidence de la République, source qui a précisé que « les catégories concernées par la démobilisation seront définies, dans les deux cas, via un décret exécutif qui sera promulgué par le Premier ministre ».
Aussi, les cafés et restaurants seront fermés temporairement dans les grandes villes. Ces mesures prendront effet à partir de demain à 1h00 (du matin) jusqu’au 4 avril et pourront être levées ou reconduites en cas de besoin. Le Président a en outre ordonné de réguler le marché afin d’éviter les pénuries des produits alimentaires de base, et chargé le ministère de l’Intérieur de coordonner avec les ministères du Commerce et de l’Agriculture de traquer les spéculateurs et de prendre les mesures adéquates à leur encontre, y compris la mise sous scellés de leurs entrepôts et locaux, leur dénonciation dans la presse et leur présentation devant la justice.
Au cours de la réunion, il a été également décidé de renforcer la commission de veille et de suivi mise en place au niveau du ministère de la Santé par une commission scientifique, composée de grands médecins et d’experts. Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé, est désigné porte-parole de cette commission scientifique. Enfin, le ministère des Finances a été instruit de faciliter les procédures de dédouanement des produits alimentaires importés.

Possible déploiement des effectifs de l’ANP
Par ailleurs, le président de la République a réitéré ce qu’il a tenu il y a quelques jours dans son premier message à la Nation. C’est-à-dire que la situation « est sous contrôle », invitant les citoyens à ne pas « céder à la panique ». Il a aussi de nouveau dénoncé ceux qui distillent des rumeurs alarmantes et de fausses informations en rapport avec la crise du Covid-19. Indiquant que la situation s’éclaircira dans les dix premiers jours du mois prochain, à l’issue de la période d’isolement des derniers ressortissants algériens encore bloqués dans certains aéroports étrangers et qui seront rapatriés par vagues successives.
Et, comme par anticipation pour parer à la surprise, le président Tebboune assuré que si l’Algérie passe au stade 3 de la pandémie, «il sera fait recours aux moyens et capacités de l’ANP » pour un possible déploiement. Enfin, le président de la République a invité les citoyens à limiter leurs déplacements dans leurs quartiers et réitéré son instruction aux services de sécurité d’empêcher tout rassemblement ou marche qui mette en péril la sécurité des citoyens.
Sarah Oubraham