algerp4

L’APPEL À LA SUSPENSION DES MARCHES DU VENDREDI RESPECTÉ : L’autre leçon de maturité et de responsabilité du Hirak

Le Hirak algérien, qui a ébloui le monde entier par son pacifisme et son degré de conscience depuis plus d’une année, donne une deuxième leçon pour son degré de maturité et de responsabilité.

Confronté au mur froid de la catastrophe sanitaire du coronavirus qui frappe le monde entier, les animateurs et militants du Hirak marquent un arrêt net de leurs manifestations hebdomadaires du vendredi. Cette décision a été prise dans le but d’empêcher la propagation de ce virus au milieu de la société, et préserver la santé publique. Les alertes données tout au long de la semaine dernière par les professionnels de la santé, associées au mot d’ordre lancé par les figures et activistes du Hirak, ainsi que les décisions des autorités du pays de suspendre les marches populaires du vendredi ont été strictement respectés par les manifestants dans la journée d’hier. Le degré de conscience et de responsabilité chez les manifestants l’a finalement remporté sur les chants de cygnes qui appelaient à maintenir les marches, malgré l’énorme risque sanitaire encouru. C’est une première depuis le 22 février 2019. Les rues de la capitale ainsi que dans toutes les autres wilayas à travers le pays sont restées désertes.
À Alger, Oran, Tizi-Ouzou, Constantine, Annaba, ou encore à Béjaïa, aucun manifestant parmi les centaines de milliers qui défilaient chaque vendredi dans les rues du pays, depuis plus d’une année, n’a dérogé à l’appel unanime de différer les marches du Hirak. L’appel à la raison l’a finalement remporté sur la fougue qui motive les manifestants. Il a rencontré un succès sans précédent au milieu des Hirakistes. Les photos et vidéos relayés sur les réseaux sociaux dans la journée d’hier, montrent des rues et des villes fantômes. Le succès rencontré par l’appel a été largement commenté de manière positive sur les réseaux sociaux. Les animateurs du mouvement de protestation n’ont pas manqué de s’en réjouir. Cela, alors que les médias électroniques algériens, habitués à faire des couvertures en directe des marches ont décidé à l’unanimité à suspendre leurs couvertures. Ce qui n’a pas été le cas, par ailleurs, des chaînes de télévisions algériennes privées. Durant toute la journée, les caméras de ces dernières font des rondes dans les rues d’Alger et dans quelques autres wilayas pour montrer, en direct, des rues vides et des commerces fermés.
Les animateurs du Hirak ont appelé les citoyens à être prudents et respecter les consignes des professionnels de la santé même au-delà des marches populaires du vendredi, ou encore de celles de mardi. Ils recommandent de rester chez soi pour éviter tout risque de contamination par le covid-19, et cela jusqu’à ce que le risque soit définitivement enrayé dans notre pays. « Il y va de la santé de tout un peuple, cela d’autant plus que notre système de santé est fragile ; et ne peut pas supporter une grande pression », explique-t-on.
Cette prise de conscience démontre encore une fois de plus la maturité et le degré de conscience de la société algérienne à faire preuve de sagesse et de bon sens quand les circonstances l’exigent. D’ailleurs, les mesures de confinement de la population, qui n’ont pas encore été décidées par l’État, semblent prendre de l’ampleur au sein de la société.
Arezki Ibersiene