Ghali

DROIT DU PEUPLE SAHRAOUI À L’AUTODÉTERMINATION ET À L’INDÉPENDANCE : Le Front Polisario réitère son refus de tout autre processus

Le Front Polisario a réitéré  son refus d’intégrer tout processus politique qui ne garantisse pas le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance. Lors de sa réunion sous la présidence du président de la République sahraoui et Secrétaire général du Front Polisario,  Ibrahim Ghali, le bureau permanent du secrétariat national du Front Polisario a renouvelé son refus de s’engager dans tout processus politique qui ne soit pas basé sur la garantie du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, a  indiqué l’agence de presse sahraouie SPS.
Le bureau permanent a, lors de sa réunion, examiné un certain nombre de points, en se concentrant sur les dossiers prioritaires, tels que l’éducation dans la période actuelle et ses difficultés résultant de l’épidémie mondiale du coronavirus, ainsi que les développements de la question sahraouie au niveau international. Le ministre des Affaires étrangères sahraoui a, lors de la réunion, fait un exposé sur l’évolution de la question sahraouie au niveau international. Dans ce contexte, après avoir évoqué la récente session du Conseil de sécurité sur le conflit au Sahara occidental, le bureau permanent a réaffirmé la position de la partie sahraouie, à travers l’examen par le Polisario de sa participation au processus de paix dirigé par les Nations- unies, et son rejet absolu de toute solution non fondée sur la garantie du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination et l’indépendance.
Le bureau permanent a, d’autre part, appelé à l’intervention urgente des Nations-unies afin d’accélérer la libération des prisonniers civils sahraouis dans les prisons marocaines, qui courent de nouveaux risques, du fait de la propagation de la pandémie de coronavirus dans les prisons marocaines, tenant l’État marocain pleinement responsable des conséquences graves pouvant résulter de son insistance à les maintenir en danger, a conclu l’agence sahraouie.
M. B.