Marche

DES MILLIONS DE CITOYENS ONT MARCHÉ À TRAVERS LE PAYS EN CE JOUR DU 8 MARS MARQUÉ PAR LES ALGÉRIENNES : Un 3e vendredi de marche plus impressionnant

Pour un troisième vendredi de suite de révolte pacifique, les Algériens étaient des millions à avoir marché dans toutes les villes du pays. C’est dire tout le poids de la voix du peuple qui, lorsqu’il se soulève, il n’a d’yeux que pour son pays, une Algérie qui aspire au changement.

À Alger, en particulier, environ deux millions de personnes ont battu le pavé le long des boulevards du centre de la capitale, alors que les femmes ont laissé leur empreinte et une forte présence en ce jour du 8 mars. La mobilisation était tellement grande que certains, parmi la génération de 1962, se rappellent des défilés des Algériens à l’occasion de la fête de l’Indépendance. Retour sur une troisième marche historique, hier, à Alger. La date du 8 mars 2019 qui coïncide avec la Journée mondiale de la Femme, restera gravée à jamais dans la mémoire de toutes les Algériennes et de tous les Algériens. Hier, dans l’après-midi, soit après la prière du vendredi, des centaines de milliers d’Algériens sont sortis en force dans toutes les rues de la capitale pour protester pacifiquement contre le 5e mandat de Bouteflika et pour le changement dans le pays. Les manifestants ont commencé à converger vers la Grande-Poste d’Alger, depuis des processions humaines qui émanaient de tous les quartiers algérois, vers les coups de 14h. Munis de drapeaux algériens, ils sont venus tous dire «Non au 5e mandat de Bouteflika! », «Non au régime en place ! » et «Oui pour une Algérie démocratique et souveraine ! ». Une ambiance festive et démocratique a régné tout au long qu’a duré la manifestation avec une présence massive de femmes et d’enfants. À telle enseigne que même les forces de l’ordre ont géré la foule de manière professionnelle. Pendant plus de trois heures, les participants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir et au régime. De nombreux jeunes hommes et femmes ont pris part à cette marche historique et pacifique, en montrant au monde entier que l’Algérien est un citoyen civilisé qui sait clamer ses revendications, aussi profondes soient-elles, dans le calme et la sérénité. Les marcheurs ont entonné des chansons connues dans les stades du pays, allant même jusqu’à allumer des fumigènes à l’intérieur du tunnel des facultés afin de faire mouche pour des slogans typiquement algériens.
«La marche d’aujourd’hui restera longtemps gravée dans la mémoire du peuple algérien, elle est celle qui a mobilisé le plus de citoyens. Des milliers de manifestants ont battu le pavé, pour dire non à un 5e mandat qui va offenser encore la dignité des Algériens», nous a dit une dame âgée de 60 ans environ, repérée parmi la foule.

La femme algérienne répond à l’appel de la Patrie
Interrogée sur la fête du 8 mars, notre interlocutrice indiquera que «la femme algérienne a toujours été un acteur important dans la société. Si les femmes sont sorties aujourd’hui ce n’est que pour répondre à l’appel du pays», a-t-elle souligné. Tout en ajoutant que «l’important est que le peuple algérien a brisé le mur de la peur, avec beaucoup de courage et de conviction, pour dire non à un 5e mandat de trop. Je revois dans la marche d’aujourd’hui l’indépendance de l’Algérie, pour moi c’est pareil. Ce vendredi 8 mars 2019 sera inscrit en lettres d’or dans les annales des luttes citoyennes en Algérie.» Islam, employé, la quarantaine bien entamée, a bien voulu  adresser un message au Président Bouteflika, il lui a lancé : «Monsieur Bouteflika, vous êtes rentré par la grande porte au pays, le peuple vous a accepté, s’il vous plaît, laissez la place aux jeunes comme vous l’avez promis. » Un autre manifestant crie : «Le peuple veut la chute du régime. L’Algérie est une République», a-t-il revendiqué.
En tout état de cause, la forte mobilisation des citoyens d’hier laisse augurer, de surcroit pour une manifestation pacifique à tous les égards, une poursuite des marches de vendredi, comme l’a laissé la voix de la jeunesse qui promettait de maintenir ses mots d’ordre.
Med Wali

L’empreinte remarquable des moudjahidate
Le troisième acte du mouvement pacifique contre le 5e mandat et pour le changement, organisé hier, avec une participation massive de la gente féminine, a été marqué par la présence d’un grand nombre de moudjahidate qui ont voulu apporter, elles aussi, comme elles l’avaient toujours fait, leurs voix à celle du peuple algérien. Un peuple qui ne cesse d’appeler, depuis le 22 février, le président sortant à renoncer à sa candidature, mais aussi à un changement pacifique pour une Algérie meilleure, libre et démocratique. Parmi les figures emblématiques de la Révolution sorties ce vendredi 8 mars, l’on cite Louisette Ighilahriz, Djamila Bouhired, Zohra Drif, et tant d’autres  sœurs de combat. À noter qu’à l’occasion du 8 mars,  les Algériennes ont tenu à marquer leur présence partout dans le pays lors de ce troisième vendredi de manifestations pacifiques.
Ania Nch