charfip3

DÉRAPAGES DANS LE DISCOURS ET VIOLATION DU PROTOCOLE SANITAIRE : Mohamed Charfi fait abstraction

Après une semaine du lancement de la campagne électorale, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections a mis l’accent sur le déroulement de cette opération, en la qualifiant de « normale ». Autrement, estime le chef de l’ANIE, l’opération n’a enregistré « aucun dépassement » lors des sorties sur le terrain des candidats engagés dans le processus qui ont, selon lui, respecté la charte d’éthique.
En effet, malgré que les médias ont fait écho de plusieurs dépassements verbaux concernant les discours politiques qui ont connu des dérapages « graves », à l’instar des derniers propos « indécents » sur la femme par le président du Front de la bonne gouvernance (FBG), Belhadi Aissa, et autres dépassements de la part des candidats que ça soit des partis politiques ou indépendants, dans le cadre de l’application du protocole sanitaire mis en place par l’ANIE, dont les vidéos et les images rapportées par les médias et publiées sur les réseaux sociaux illustrent un relâchement flagrant dans les gestes barrières et le non-respect des mesures préventives surtout la distanciation sociale et le port du masque. Cependant, et lors d’une conférence de presse consacrée à l’évaluation de la première semaine de la campagne électorale, Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a souligné qu’ «aucun dépassement n’a été enregistré au cours de la première semaine de la campagne électorale, l’Autorité n’ayant été destinataire d’aucun signalement ou doléance de la part des candidats, à l’exception de quelques petites observations relevées par certains de ses délégués liées à l’incompréhension des procédures d’application des lois, à l’instar de la non utilisation des symboles de l’État par les candidats lors de la campagne électorale ». Il a ajouté que cette première semaine de la campagne « a été lancée à son rendez-vous officiel marqué par la concurrence politique entre candidats », soulignant que l’ANIE « n’est l’adversaire d’aucun candidat, elle traite les candidats sur le même pied d’égalité ». Concernant l’application du protocole sanitaire de lutte contre la pandémie (Covid-19) à la première semaine de la campagne, Charfi a affirmé que l’Autorité n’a enregistré aucun dépassement, sinon quelques avertissements verbaux adressés à certains animateurs de la campagne liés essentiellement à la non application du principe de distanciation physique. Affirmant que « l’élection de l’APN par le peuple constitue les garanties de la stabilité et de la sécurité », Charfi a ajouté qu’ « il n’y a pas de sécurité sans démocratie et vice-versa ».

1,2 milliard de bulletins de vote imprimés
Il a fait état du tirage de 1,2 milliard de bulletins de vote, en préparation des législatives du 12 juin prochain, précisant que l’impression de « cette grande quantité » de bulletins a nécessité la mobilisation de compétences humaines 24h/24 et de moyens matériels « considérables » notamment le papier d’impression. Le président de l’ANIE a indiqué que l’Autorité avait reçu, à ce jour, 512 dossiers en vue de bénéficier de l’aide financière pour le financement de la campagne électorale, soulignant que ces montants ne seront pas versés en nature aux listes bénéficiaires mais à travers le remboursement de leurs factures. Après avoir affirmé que « « les établissements publics de la radio et de la télévision enregistrent en permanence les interventions des candidats avec une moyenne de 50 enregistrements par jour », Charfi a salué le rôle des médias nationaux qui ont accompagné le déroulement de la campagne « en toute objectivité et professionnalisme ».
Sarah Oubraham