Libye

DEPUIS LE DÉBUT DE L’OFFENSIVE DE HAFTAR CONTRE TRIPOLI : 1 093 morts, 5 752 blessés et 120 000 personnes ont fui leurs foyers

L’Armée nationale libyenne (LNA) que dirige le maréchal Khalifa Haftar a frappé vendredi dernier, un hangar renfermant des drones turcs et des munitions près de la ville d’Abou Kammach, dans l’ouest du pays, selon le centre de presse de la LNA, dans un communiqué.

La veille, l’Armée nationale libyenne LNA avait déclaré qu’elle avait « ciblé des zones de stockage de drones turcs à l’aéroport international de Zuwarah », situé à l’est d’Abou Kammash, loin de la frontière tunisienne.
Le communiqué du centre de presse indique, que vendredi dernier, «les forces aériennes libyennes ont attaqué l’aéroport international de Zuwarah et l’un des hangars où se trouvaient les drones turcs » est-il précisé. Un coup a frappé les hangars avec leurs drones et leurs munitions à environ 1,5 km à l’est d’Abu Kammash. Plus explicite, les rédacteurs dudit communiqué rappellent « que tout lieu qui interagit avec une organisation étrangère est l’objectif légitime des forces aériennes libyennes » avertit l’Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar. Les combats n’ont cessé, depuis, avril dernier, date du début de l’offensive militaire de Haftar contre Tripoli, de connaître une recrudescence et une montée inquiétante des tensions, notamment chez les citoyens. Nombreux sont les quartiers qui sont devenus, depuis cette date, des champs de bataille, entre les forces du gouvernement d’Union nationale de FayezSerraj et LNA de Khalifa Haftar, causant la mort de 1 093 personnes, 5.752 blessés, et ont poussé 120 000 personnes à quitter leur foyer, selon un bilan publié vendredi dernier, par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies. Des combats armés, à l’origine de plus de 1 000 victimes mortes, dont des centaines de civils, et des centaines de milliers de personnes de Tripoli et de ses environs ont dû prendre la fuite pour échapper à une mort certaine à cause des combats, qui se poursuivent. Une situation chaotique dont les citoyens libyens sont les premiers à subir ses conséquences davantage plus dramatique qui s’ajoutent à celles qu’ils subissent depuis plus de sept ans, en l’absence d’une vie politico-institutionnelle, depuis les évènements qu’a vécu la Libye en 2011, ayant précipité l’intervention militaire de l’Otan, dans ce pays. Mercredi dernier, le porte-parole de l’ANL a déclaré, pour rappel, que les forces militaires de khalifa Haftar ont détruit « un système de défense anti-aérien turc installé à Misrata ». Quelques jours plutôt, c’est un avion de transport ukrainien qui avait fait les frais de cette intervention. Reliant Istanbul à Misrata avec à bord une importante quantité d’armes, cet appareil a été détruit dès son atterrissage.
Karima B.