Tipasa

Covid-19 : Une série de mesures pour faire face à la 2e vague à Tipasa

Une série de mesures destinées à faire face à la 2ème vague de la pandémie du nouveau coronavirus, a été prise par la direction de la santé et de la population de Tipasa, a-t-on appris, mardi, auprès du responsable local du secteur.

Selon Mohamed Bourahla, des mesures ont été prises, en coordination avec les services de la wilaya, pour faire face à la propagation de la pandémie dont le nombre des contaminés affiche une courbe ascendante actuellement, à travers notamment «une augmentation des capacités des établissements hospitaliers en termes de lits et l’acquisition d’un réservoir d’oxygène d’une capacité de 5 000 litres». «Un réservoir d’oxygène d’une capacité de 5.000 litres a été acquis au profit de l’hôpital Tighzaït Abdelkader, établissement de référence de prise en charge des cas Covid-19, portant ainsi les capacités de la wilaya à 50 000 litres d’oxygène repartis sur les établissements hospitaliers, a-t-il précisé en rassurant que «le problème de manque d’oxygène n’est nullement posé à Tipasa».
À cela s’ajoute, selon M. Bourahla, l’ouverture d’une nouvelle unité de prise en charge des patients atteints par cette pathologie, au niveau de l’Établissement public de santé de proximité (EPSP) de Damous (à l’extrême ouest de Tipasa), ce qui porte à cinq le nombre d’unités Covid-19 , à savoir celles de Koléa, Tipasa, Nadhor, Sidi Ghilés, et de Damous (qui vient d’être ouverte). Les mêmes mesures ont porté sur l’augmentation du nombre de lits d’hospitalisation qui sont passés de 238 à 438 actuellement, avec une possibilité de les porter à 600 lits en cas de nécessité, au moment où les lits de réanimation ont été portés à 50, contre 28 lits précédemment, selon la même source.
Au titre des efforts de réduction de la pression exercée sur les staffs médicaux, mobilisés depuis mars dernier pour la prise en charge des cas positifs, le même responsable a signalé le recrutement de 120 paramédicaux, parmi les diplômés des écoles de formation paramédicale, et la mobilisation de 140 médecins des EPSP, dont 40 spécialistes et 100 généralistes, pour assurer les permanences au niveau des cinq unités Covid-19.
Des sessions de formation ont été, par ailleurs, initiées depuis septembre dernier, par la direction de la santé, au niveau des EPSP, au profit des médecins généralistes pour leur permettre de réaliser un diagnostic correct des cas symptomatiques de la Covid-19 et des cas de grippe saisonnière, a-t-il ajouté. M. Mohamed Bourahla a, par ailleurs, fait cas de la décision prise, en coordination avec les services de la wilaya et du Conseil scientifique médical, de «charger un médecin du suivi de l’évolution de la situation épidémiologique et de coordonner entre les unités Covid-19, avec le suivi quotidien des cas d’hospitalisation à domicile». Toujours au titre des initiatives locales, un accord de principe a été donné, selon la même source, «à un laboratoire privé pour la réalisation de tests de dépistage du nouveau coronavirus». Il s’agit du premier laboratoire ayant émis ce type de demande, a souligné M. Bourahla, lançant un appel aux laboratoires de la wilaya, à se rapprocher de ses services pour «l’obtention d’une autorisation pour la réalisation de ces tests», observant, néanmoins, que ces autorisations sont «soumises à un accord définitif de l’Institut Pasteur d’Alger». S’agissant des résultats des enquêtes épidémiologiques et de l’exploitation d’une application intelligente permettant un suivi des cas positifs de Covid-19, le même responsable a fait part de la réalisation de plus de 4000 enquêtes, soit une moyenne quotidienne de 50 enquêtes, depuis juillet dernier, un «fait ayant contribué à la circonscription de l’épidémie à plusieurs reprises», s’est-il félicité.
À noter que la direction de la santé de Tipasa rend public quotidiennement les derniers développements de la situation sanitaire, à travers son site électronique. Selon le dernier bilan rendu public hier lundi, de nouveaux cas de suspicion ont été découverts au niveau de nombreuses communes, enregistrant une hausse dans les cas d’atteinte, notamment dans la partie-est de la wilaya, comparativement au centre et à l’ouest.
Les communes concernées sont celles de Bou Ismaïl, Koléa, Fouka, Daouda, Aïn Tagouraït, et Chaïbia, au moment où quelques cas d’atteinte ont été signalés dans quatre communes du centre de la wilaya (Hadjout, Tipasa, Hameur El-Aïn et Sidi Rached), outre Cherchell et Damous, à l’ouest. M. Bourahla a particulièrement insisté sur l’impératif de «ne pas céder au laxisme et au relâchement et ne pas négliger le port de la bavette et l’usage de désinfectants», appelant à «davantage de vigilance dans le respect des mesures de prévention, considérées comme le meilleur moyen de faire face à la pandémie», a t-il estimé.