COUVERTURE INTERNET : ATS s’attaque aux zones enclavées et frontalières

S’exprimant, hier, sur les ondes de la chaîne 3, le PDG d’Algérie Télécom satellites, Mohamed Anouar Ben Abdelwahed a affirmé que l’un des objectifs majeurs d’Algérie Télécom Satellites est de faciliter l’introduction de l’internet dans les zones enclavées et frontalières non desservies pour les connecter vers ses réseaux satellitaires, annonçant, d’autre part, que l’entreprise va s’attacher, à partir de 2019 et en plus du secteur de la télédiffusion, de capter le marché des particuliers en y introduisant l’internet satellitaire.

Toutefois, il considère cette démarche comme étant une solution complémentaire au réseau terrestre. Également, il a expliqué que son entreprise envisage, durant les années à venir, de mettre en œuvre divers projets parmi lesquels ceux des chrono-tachygraphes, de l’éducation, de la santé et de l’internet résiduel.
Mohamed Anouar Ben Abdelwahed signale, également qu’en dehors de ces prestations de service, cette entité cible aussi plusieurs champs d’interventions à l’international pour y exporter son savoir-faire, notamment en matière de gestion de satellites de pays tiers, dont le trafic qui sera, selon lui, assuré par l’Algérie, précisant ainsi qu’en plus d’avoir assuré des connexions avec des exposants nationaux, en Mauritanie et au Mali, il est, notamment prévu de développer une coopération avec ces pays visant à leur transmettre des solutions par le biais de connections satellitaires.
À noter, également que l’opérateur public, Algérie Télécom Satellite (ATS), a adopté depuis 2017 une nouvelle stratégie sur le développement de services à haute valeur ajoutée et la maîtrise de l’outil technologique ayant permis de doubler son chiffre d’affaires avec plus de six milliards de DA et de réaliser un bénéfice record de plus d’un milliards de DA. En effet, les résultats enregistrés pour l’exercice 2017 traduisant un chiffre d’affaires de 6 007 milliard de DA, contre 3 378 milliards de DA en 2016, soit quasiment le double. L’ATS a décidé aussi de cibler le secteur économique privé, notamment les multinationales, arrivant ainsi à enregistrer de nouveaux clients. Cette démarche a permis d’augmenter à
85 % sa part de marché en 2017, contre environ 70 % en 2016.
Mehdi Isikioune