Tahkout-Benyounes

COUR SUPRÊME : Tahkout et Benyounès auditionnés

La décision de la justice d’accélérer la cadence des enquêtes anticorruption se concrétise. En effet, les enquêtes dans la filière de montage automobile se sont poursuivies hier au niveau de la Cour suprême, où quatre poids lourds des anciens membres du gouvernement et un homme d’affaires ont été auditionnés. Ces ministres qui sont, d’ores et déjà, incarcérés ou condamnés par la justice, ont été transférés, tôt dans la matinée, de la prison d’El Harrach au siège de la Cour suprême, avant qu’ils ne soient reconduits en prison dans le début de l’après-midi.
Il s’agit des deux anciens ministres de l’Industrie, à savoir Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, de l’ex-ministre du Commerce Amara Benyounès et de l’ancien ministre des Transports Abdelghani Zaâlane, ainsi que de l’homme d’affaires et patron de Cima Motors Mahiedine Tahkout. Pour rappel, les deux ex-ministres de l’Industrie Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda ont écopé tous les deux de 10 ans de prison ferme dans l’affaire des usines de montage automobile, tandis qu’Abdelghani Zaâlane a été acquitté dans l’affaire de financement de la campagne électorale de l’ex-président Bouteflika pour un cinquième mandat. L’accélération des auditions intervient au moment où la justice laisse croire que les procès devront s’ouvrir incessamment.
Pour rappel, celle-ci a eu à interroger cette semaine plusieurs hauts responsables, dans le cadre de l’instruction des affaires liées à la corruption. En effet, le magistrat instructeur du tribunal de Sidi M’hamed a eu à entendre, entre autres, l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel et ses trois fils, ainsi que l’ex- secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Mohamed Djemaï, et de son prédécesseur Djamel Ould Abbès, sans oublier le sénateur du tiers présidentiel Saïd Barkat. Quelques jours après, c’était au tour des anciens ministres des Transports et des Travaux publics Amar Ghoul et Boudjemâa Talaï d’être auditionnés.
Toute cette valse des auditions confirme que les enquêtes anti-corruption, déclenchées après l’avènement du 22 février seront bientôt clôturées pour la programmation de ces procès.
Lamia B.