Tebboune

CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU : Le chef de l’état appelle à une réunion d’urgence

Le constat est sans appel : en pleine crise pandémique et au moment où la solidarité internationale doit prévaloir en pareille circonstance d’urgence sanitaire, l’instabilité, les conflits aussi bien politiques que sécuritaires continuent à miner des pays de la région. S’exprimant sur cette question, hier, lors de son intervention par visioconférence au sommet virtuel du Mouvement des Non-alignés, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, partant de ce constat, a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à une réunion d’urgence à l’effet d’adopter une résolution décrétant un arrêt des hostilités, non seulement dans cette région mais à travers le monde entier. « Depuis cette tribune, je lance un appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour se réunir, dans les plus brefs délais, et adopter une résolution appelant solennellement à l’arrêt immédiat de toutes les hostilités à travers le monde, notamment en Libye, sans omettre les territoires occupés en Palestine et au Sahara occidental », a plaidé le Président dans une allocution prononcée devant les participants au Sommet virtuel des chefs d’État et de Gouvernement du Mouvement des pays Non-alignés. Au-delà de défendre l’impérative nécessité pour la communauté internationale de consentir des efforts à même de faire régner la paix dans le monde, en cette conjoncture pandémique en particulier, le chef de l’État appelle également à « donner une chance, en zones de conflits, à tous les acteurs pour qu’ils puissent lutter efficacement contre la propagation de la pandémie du Covid-19 ».
Sur le plan économique, l’impact de la pandémie sur les pays non-alignés, le président Tebboune a suggéré le lancement d’une réflexion commune dans le but d’amortir les conséquences de cette crise sanitaire. « Nous proposons, également, d’engager dès lors une réflexion en vue d’élaborer un plan d’action permettant d’atténuer au maximum les répercussions de cette pandémie sur les pays en voie de développement, notamment en Afrique et d’insuffler une nouvelle dynamique à ces pays qui seront profondément impactés par cette pandémie» dira le chef de l’État.
F. Guellil