Clubs verts à Aïn Témouchent : des jalons sur la voie du développement durable

Organisé par l’ONG « Défense des intérêts des utilisateurs d’eau et protection de l’environnement », en étroite collaboration avec la direction de l’éducation, de la wilaya d’Aïn-Témouchent, le troisième regroupement des clubs verts a eu lieu ce mercredi 13 avril à la salle de conférence du collège Ahmed-El-Ouriachi. Ainsi, selon les organisateurs, une centaine de collégiens et lycéens issus de 28 établissements scolaires a pris part aux travaux de ce 3eme colloque tenu sous le cachet caractéristique « Les clubs verts, des jalons sur la voie du développement durable. » Comme l’a si bien dit l’ex-directrice de l’éducation qui a donné le coup d’envoi de la seconde édition, l’an dernier,  » c’est par le savoir qu’il faut fêter la journée du savoir connue sous l’appellation Youm El Ilm », une journée qui coïncide chaque année avec le 16 avril. Il est à rappeler qu’en 2013, l’ex-ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement (aujourd’hui le département est sous tutelle des ressources en eau) par la voix de son ex-ministre Dalila Boudjemaa, avait laissé entendre qu’il allait équiper 5.000 clubs verts relevant d’établissements scolaires au titre du quinquennal 2015-2019.
C’est à l’issue de sa rencontre avec son homologue de l’Éducation nationale, Mme Nouria Benghebrit, que l’information a été portée à la connaissance de la presse et à l’opinion publique. Ainsi, le président de l’ADIUEPE, a précisé que l’objectif du forum est de « favoriser la diffusion de l’éducation environnementale non pas uniquement en milieu scolaire qui demeure le but principal, mais aussi au niveau des cités où habitent les éléments des clubs verts qui doivent constituer des courroies de transmission véritables et un prolongement de leurs activités à l’extérieur des établissements scolaires. » Il est question, dit-il, « d’ancrer la culture du respect de l’environnement là où l’on se trouve, de préserver le milieu naturel et de protéger la nature par tous les moyens légaux que confèrent les codes de l’eau, de l’environnement et de l’aménagement du territoire ». L’outil fort dont disposent les associations de l’environnement « sont les instruments de défense de l’environnement qu’il faut utiliser à bon escient dans un cadre de concertation et de complémentarité, avec tous les acteurs vifs en mesure d’apporter des solutions aux problèmes environnementaux vécus et demeurant posés ». Notre interlocuteur a estimé « qu’il existe réellement des potentialités d’une richesse avérée pour peu qu’elles soient bien prises en charge quand elles expriment des besoins pour faire valoir leur savoir à travers des activités pour la collectivité locale et nationale. »
En 2014 et 2015 les premiers équipements des clubs verts, notamment en matériels informatique et audiovisuel et outillage de jardinage ont commencé à arriver au niveau des wilayas . En somme, dans la wilaya d’Aïn-Témouchent ce sont 50 établissements scolaires disposant des clubs verts qui ont reçu ces équipements. Les thèmes sont liés principalement à la question de formation environnementale. Au menu, il y avait une simulation de premiers secours d’un élève qui chute d’un palier. Elle sera présentée par des éléments de l’unité d’intervention de la Protection civile, un film sur le recyclage des déchets et le tri sélectif et les impacts économiques à générer dudit système.
Boualem Belhadri