PH. ETUDIANTS

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA : Des milliers d’étudiants manifestent leur opposition

La vague de manifestations qui a marqué, depuis vendredi dernier, plusieurs wilayas du pays, gagne la communauté estudiantine. Hier, plusieurs marches de protestation et autres rassemblements s’opposant à la candidature, pour un cinquième mandat, du président Bouteflika ont été organisées par les étudiants dans les campus universitaires, alors que d’autres de leurs compères ont investi la voie publique et les villes du pays. Ainsi, les wilayas, pour ne citer que les universités les plus touchées par ce mouvement de protestation, d’Alger, Tizi-Ouzou, Bouira, Béjaïa, Annaba, Skikda, Jijel, Constantine, Boumerdès, Adrar, Béechar, Djelfa, Ouargla, Sétif, Oran, ont été paralysées par les contestations des étudiants. Jamais dans l’histoire du pays, une élection présidentielle n’a suscité autant de voix de discorde, surtout parmi la communauté estudiantine, adoubée la veille par un appel largement répandu sur les réseaux sociaux, et auquel s’ajoutent une déclaration des enseignants et l’élite universitaire qui a donné le mot de mobilisation pour la journée d’hier. Dans la capitale en particulier, les étudiants de la Fac centrale d’Alger, leurs compères de l’USTHB de Beb Ezzouar, dans les universités de Dely Brahim et de Bouzareah, en passant par Ben Aknoun, les manifestants ont fait mouche, le tout par des actions qui ont été menées dans le calme et de manière pacifique. Et comme il fallait s’y attendre, les services de sécurité et du maintien de l’ordre ont été sur le qui-vive. Et comme l’ambiance était des plus pacifiques, les dispositifs sécuritaires déployés à travers les universités touchées par les manifestations se sont contenté de suivre prudemment la situation en encadrant les carrés des marcheurs. Sur les vidéos relayés à travers les chaînes de télé et les réseaux sociaux, on distingue aisément les préoccupations de cette force juvénile qui réclame le retrait de la candidature de Bouteflika, un changement du système et autres mots d’ordre portés sur des pancartes brandies en la circonstance.

F. G.