Bouira

BOUIRA : Plus de 70 000 personnes dans la rue

Pour la deuxième semaine de suite, des milliers de citoyens, tous âges et sexes confondus, sont sortis dans les rues de la wilaya de Bouira pour afficher leur opposition à la candidature du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, à l’élection présidentielle du 18 avril prochain, et pour réclamer le départ du système.
La première marche populaire a eu lieu au chef-lieu de la daïra de M’chedallah. Ici des milliers de citoyens venus des quatre coins de la daïra pour se regrouper à la sortie de la ville pour entamer par la suite leur marche. En effet, il était 10h du matin quand le coup d’envoi de cette marche pacifique s’est ébranlé du quartier Bouaklane, jusqu’au siège de la daïra, et s’étendant sur près de trois kilomètres. Tout au long de l’itinéraire, les marcheurs scandaient des slogans réclamant le départ et le changement du système en place, et afficher leur refus de la candidature du président Bouteflika.
Un important renfort des services de l’ordre, composé de policiers en tenues et en civile, a été dépêché sur les lieux de la manifestation pour éviter tout dérapage. Les éléments des services de sécurité ont suivis la marche de loin mais près à intervenir en cas de nécessité. Aucun incident majeur n’a été enregistré lors de cette manifestation qui s’est déroulée dans la sérénité. Les milliers de marcheurs ce sont dispersés dans le calme aux environs de midi, tout en se donnant rendez-vous pour vendredi prochain, en vu d’une nouvelle action de rue. Au chef-lieu de la wilaya. L’appel à la marche a drainé plus de soixante dix mille citoyens, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes.
Toutefois, le manque d’organisation a fait que plusieurs marches ont eux lieu dans différents quartiers du chef-lieu de la wilaya. Les marcheurs se sont par la suite regroupés devant le siège de la wilaya pour entamer une marche grandiose. Les manifestants, qui sont venus de différents quartiers de la ville mais aussi des communes voisines, comme Haïzer, El Asnam, Ain-Turk et Aït Laaziz, pour ne citer que celles-ci, ont pris part à cette marche. Les manifestants ont brandi des banderoles sur lesquelles ont pouvait lire essentiellement: «Non au cinquième mandat !» et «Système dégage !» Les marcheurs ont sillonné tous les quartiers de la ville et scandaient des slogans hostiles à la candidature de Bouteflika et appelant au changement du système «Sans condition !». Sur place, et également, des centaines de policiers, en tenues et en civile, ont été déployés pour encadrer la marche et éviter des débordements. Mais, aucun incident majeur n’est à signaler. La marche, qui se poursuit toujours au moment où nous écrivions ses lignes, s’est voulue pacifique comme l’ont montré les milliers de marcheurs, qui ont affiché un niveau de maturité politique élevé pour scander des mots d’ordre et mettre en avant leurs revendications sans dépassement, ni dérapage.
Omar Soualah

BOUMERDÈS
Des milliers de citoyens pour dire non au 5ème mandat
Comme les autres villes du pays, les citoyens de Boumerdès sont  encore sortis hier, massivement, dans la rue pour dire non au cinquième mandat. La mobilisation des citoyens est de plus en plus importante puisque les manifestants étaient beaucoup plus nombreux que le 22 février dernier, première journée de protestation spontanée du peuple, pour refuser un autre mandat du président Bouteflika, et exiger le départ du système. Ainsi au chef-lieu de Boumerdès, des milliers de citoyens constitués en majorité de jeunes, ont organisé une grande marche où ils ont arpenté les principales artères de la ville pour réitérer le refus dela candidature du Président sortant, en exigeant le changement dans le pays.  Pendant la marche, les jeunes criaient haut et fort des slogans hostiles au pouvoir en brandissant des banderoles sur  lesquelles on pouvait lire, entre autres : «L’Algérie est une  République et non une monarchie !», «Ya Bouteflika Makach el ouhda el khamsa !», «Y en a marre de ce système !», «FLN dégage !», «Ya Ouyahia l’Algérie n’est pas la Syrie !». Les mêmes  slogans sont scandés par des milliers de citoyens, qui ont participé à des marches organisées, selon des informations, à travers d’autres localités de la wilaya, pour ne citer que Boudouaou, Issers, Bordj-Menaïel , Naciria… Encadrées par d’importants dispositifs de sécurité dans toutes les agglomérations, les marches se sont déroulées dans le calme et la sérénité où les manifestants exprimaient le refus du 5e mandat, le départ du système en place en réitérant leur mobilisation jusqu’à la satisfaction de leurs revendications pour opérer un changement porteur de démocratie, de liberté et de justice sociale pour tout le peuple algérien.
B. Khider