Haddad

BIENS MAL ACQUIS DE HADDAD EN ESPAGNE : L’État algérien déjoue une transaction douteuse

Les autorités algériennes en collaboration avec leurs homologues espagnoles ont réussi à déjouer une transaction immobilière de plusieurs millions de dollars en Espagne opérée par l’homme d’affaires, Ali Haddad, en prison pour plusieurs affaires de corruption.
En effet, selon les quotidiens l’Expression et El-Khabar, cette opération concerne trois hôtels appartenant au groupe ETRHB détenu auparavant par Ali Haddad. Grâce à la vigilance de l’Etat algérien cette transaction frauduleuse a été découverte à temps, affirment les mêmes sources. Sachant que la justice algérienne avait déjà condamné l’homme d’affaires déchu avec comme jugement rendu, entre autres, la saisie de tous ses biens, cette transaction immobilière consistant à vendre les trois hôtels d’Ali Haddad est tout simplement illégale. Autrement dit, les trois hôtels espagnols auparavant propriété de Haddad sont la propriété exclusive de l’État algérien, « au même titre que tous les actifs et les passifs » du groupe ETRHB.
Cette manœuvre de Haddad rappelle celle opérée fin juillet 2020 par le même homme depuis sa cellule de prison lorsqu’il a tenté d’engager un bureau américain de lobbying contre un chèque de 10 millions de dollars. Suite à quoi, le parquet d’Alger avait ouvert une information judiciaire relative à cette affaire de transaction « Dans le cadre de l’affaire Haddad Ali relative à la transaction de 10 millions de dollars transférés au profit d’un cabinet de lobbying, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Sidi M’Hamed contre le sus-indiqué ainsi que la dénommée Sabrina Ben », a précisé le communiqué. Selon la même source, « le juge d’instruction en charge de ce dossier a décerné des commissions rogatoires ». Début août, le parquet général près la Cour d’Alger a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire suite aux informations relayées par certains titres nationaux au sujet d’un contrat conclu par des représentants du prévenu Haddad Ali avec une société américaine d’un montant de 10 millions de dollars. L’enquête préliminaire ouverte conformément aux dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale, vise à « déterminer les circonstances de conclusion de ce marché et en définir le véritable objectif », a précisé le parquet d’Alger dans un communiqué.
S. O.