Berraf au Mali

Berraf chez le chef de l’Etat malien

Reçu fin mars dernier à la tête de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique, Mustapha Berraf a été accueilli, lundi matin, au palais présidentiel du Mali par le chef de l’Etat le colonel Assimi Goïta, selon la présidence malienne. Le Chef de l’Etat a reçu en début de matinée ce lundi le Président de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), M. Mustapha BERRAF. Ont pris part à l’audience, le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Mossa Ag ATTAHER, ainsi que le Président du Comité national olympique et sportif, M. Habib SISSOKO, pouvait-on lire dans un communiqué publié sur le site du palais de Koulouba. « J’ai eu des échanges très fructueux avec le Chef de l’Etat. Nous nous sommes accordés sur une même vision qui concorde avec celle du Mouvement olympique international », estime Berraf. Cette vision, indique-t-il, prône que les jeunes en l’occurrence ceux du Mali puissent pratiquer leurs disciplines sportives en toute quiétude et en toute sérénité et puis surtout qu’elles puissent s’y épanouir. Le Président de l’ACNOA signale avoir saisi l’opportunité de cette visite pour échanger en amont avec les autorités sportives du Mali sur plusieurs questions qui se rapportent en termes de défis à tous les mouvements olympiques et sportifs africains. « J’ai pu noter que le Président de la Transition est au fait des problèmes et des difficultés de la jeunesse. Je repars du Mali rassuré et très heureux », s’est réjoui Berraf. Le Président de l’ACNOA note ainsi une réelle harmonie et la parfaite symbiose qui existe entre le Gouvernement malien et le Mouvement olympique. Et d’annoncer que dans un avenir immédiat son Organisation réalisera de grands projets, évènements et manifestations au Mali, dont les jeux africains de zone prévue en décembre 2021.

Constantine : chute mortelle d’un jeune homme du haut du pont Salah Bey
Un jeune homme de 21 ans a trouvé la mort suite à une chute du haut du pont Salah Bey de la ville de Constantine sur une hauteur de 50 mètres, a-t-on appris mardi auprès des services de la Protection civile. Le jeune homme a été retrouvé mort, lundi après midi, sous le Transrhumel à proximité de l’Avenue de Roumanie, au chef-lieu de wilaya, a précisé la cellule de l’information et de la communication de ce corps constitué. La dépouille de la victime, dont les causes de la chute n’ont pas encore été déterminées, a été évacuée par les éléments de la Protection civile à la morgue du Centre hospitalo-universitaire Dr. Benbadis de Constantine (CHUC), a souligné la même source. Pour rappel, quatre chutes mortelles du haut de différents ponts de la ville de Constantine ont été enregistrées par les mêmes services le mois de mai dernier. Une enquête a été ouverte par les services de la sûreté de wilaya afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame.

Batna : récupération de pièces archéologiques protégées
Les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire (Batna-1), ont récupéré des pièces archéologiques protégées par la loi, a indiqué lundi la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Il s’agit de deux épées de grande et de moyenne taille, une lampe à huile en terre, une médaille circulaire en métal jaune et une statue en métal jaune représentant un hippocampe, a ajouté la même source. L’opération a été menée suite à des informations faisant état de la possession de deux individus de pièces archéologiques qu’ils tentaient de vendre, selon la même source qui a indiqué que l’exploitation judicieuse de ces informations a conduit à l’arrestation des deux mis en cause, âgés de 37 ans. Originaires d’une wilaya voisine, les deux mis en cause étaient à bord d’une voiture touristique avec en leur possession les pièces archéologiques récupérées, a ajouté la même source qui a souligné que les procédures légales ont été prises à leur encontre dans cette affaire.

Sûreté de Bab El Oued: 782 individus impliqués dans des affaires de stupéfiants arrêtés en mai et juin
Les services de la circonscription administrative de Bab El Oued ont arrêté 782 individus impliqués dans des affaires de stupéfiants, durant les mois de mai et juin 2021, a indiqué mardi un communiqué de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Dans le cadre de la lutte contre ce fléau, les services de sûreté de la circonscription administrative de Bab El Oued ont mis en place un plan sécuritaire visant à lutter contre les repaires de criminalité, précise la source. Ce plan repose notamment sur l’action de proximité et la mise à contribution des imams et des associations à caractère éducatif et culturel, indique la même source ajoutant que les mêmes services ont procédé, durant la même priode, à l’arrestation de 74 toxicomanes et de 68 dealers et à la saisie de 453,12 grammes de cannabis, 1.373 comprimés psychotropes et 5,41 grammes de drogues dures.

Plus de 8 tonnes de haschich saisies sur un navire sans pavillon au Sénégal
Plus de huit tonnes de haschich ont été saisies après l’arraisonnement dimanche d’un navire au large du Sénégal, avec à son bord trois membres d’équipage de nationalité turque, a annoncé l’armée sénégalaise. Le navire, qui naviguait « sans pavillon national », a été intercepté par la marine dimanche matin à 240 km des côtes sénégalaises, a indiqué dimanche l’armée dans un communiqué.
Il a été amené sous escorte jusqu’au port de Dakar, où il est arrivé lundi, a ensuite précisé l’armée sur les réseaux sociaux. La marine sénégalaise est intervenue après avoir été préalablement « informée, dans le cadre du dispositif international », de la présence de ce navire « transportant une grande quantité de haschich », selon l’armée, qui n’a pas précisé la provenance du bateau. « Après pesage, la quantité de haschich s’élève à 8,334 tonnes. Les trois membres d’équipage sont de nationalité turque », a souligné l’armée sur Twitter.

40 morts et 1425 blessés sur les routes en une semaine
Quarante (40) personnes ont trouvé la mort et 1425 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus entre le 20 et 26 juin derniers dans plusieurs wilayas, selon un bilan publié mardi par la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya d’Alger avec neuf personnes décédées et 115 autres blessées suite à 128 accidents de la route, précise la même source. S’agissant des activités de lutte contre la propagation de la Covid-19, les unités de la Protection civile ont effectué, durant la même période, 218 opérations de sensibilisation à travers le territoire national et 197 opérations de désinfections générales ayant touché l’ensemble des infrastructures et édifices publics et privés ainsi que des quartiers et ruelles à travers le pays.

Repêchage de la dépouille d’un enfant d’un bassin agricole à Djelfa
Les agents de la protection civile de Djelfa ont repêché lundi la dépouille d’un enfant mort noyé dans un bassin d’irrigation agricole de la commune d’Ain Ibel (à 30 km au sud de la wilaya), a-t-on appris auprès de la direction locale de ce corps constitué. Selon le chargé de communication de la protection civile, le sous-lieutenant Abderrahmane Khadher, les secouristes de l’unité secondaire de la protection civile d’Ain Ibel sont intervenus aux environs de 13H00 pour le repêchage de la dépouille d’un enfant mort noyé dans un bassin d’eau de 15 mètres de long, 10 m de large et 2m de profondeur, utilisé pour l’irrigation agricole, situé dans la région de Dzira.
Le corps de la victime (16 ans) a été transporté à la morgue de l’hôpital moudjahid Mouhad Abdelkader du chef-lieu de Djelfa, a-t-il ajouté. Cet accident est le 2eme du genre en l’espace de 24 heures, a signalé le sous-lieutenant Khader, soulignant que les éléments de la Protection civile ont repêché, dimanche soir, dans la commune d’Ain Ouessara (100 km au nord de la wilaya), les dépouilles de deux enfants, âgés de 12 et 13 ans, noyés dans une mare d’eau de l’Oued Bousdaria.
Les services de la protection civile de Djelfa ont réitéré, à l’occasion, leur appel à la prudence et à la vigilance, conseillant aux citoyens de s’éloigner des plans d’eau et des bassins d’irrigation agricole afin d’éviter les accidents de noyade et préserver leurs vies.
Les mêmes services ont organisé, récemment, une caravane d’information, qui a sillonné de nombreuses communes afin de sensibiliser les citoyens sur les risques de baignade dans les étangs et retenues collinaires.