211307600_949884595555578_8966659963847553300_n

AU LENDEMAIN DES DISCUSSIONS DU FORUM SUR LE DIALOGUE POLITIQUE LIBYEN : Échange téléphonique entre Benabderahamne et son homologue libyen

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a reçu hier un appel téléphonique de Abdelhamid Dbeïbah, chef du Gouvernement d’Unité nationale de Libye, qui lui a présenté ses « félicitations et ses vœux de plein succès » suite à sa nomination au poste de Premier ministre. Selon le communiqué des services de presse du Premier ministère les   discussions ont, aussi, été l’occasion « d’aborder l’état et les perspectives de développement des relations bilatérales, ainsi que l’évolution du processus politique en Libye ». Au terme de l’entretien, les deux parties « ont réitéré leur engagement à œuvrer au renforcement des relations historiques de fraternité et de coopération qui lient les deux pays et les deux peuples frères », ajoute le communiqué. L’échange téléphonique entre les deux hauts responsables qui est devenu une tradition intervient au lendemain des dernières discussions au sein du Forum sur le dialogue politique libyen (FDPL). Des discussions qui n’ont pas réussi à déboucher sur un accord sur les conditions de la tenue des élections prévues en décembre prochain.
Le sous-secrétaire général des Nations unies et coordinateur de la Mission d’appui des Nations unies en Libye, Raisedon Zenenga, a jugé regrettable dans son discours de clôture que la réunion, entamée lundi dans un lieu secret en Suisse, ne soit pas parvenue à un accord. « Malgré toutes les opportunités, il n’y a toujours pas de terrain d’entente. Le peuple libyen se sentira certainement déçu, car il aspire toujours à la possibilité d’exercer ses droits démocratiques lors des élections présidentielle et législatives du 24 décembre », a-t-il déploré. « Au moment où nous concluons cette session, je vous encourage à continuer à vous consulter entre vous pour trouver un compromis viable et cimenter ce qui vous unit », a exhorté M. Zenenga.
L’envoyé spécial du SG de l’ONU en Libye, Jan Kubis, avait appelé, dans son allocution à l’ouverture des travaux de ladite réunion, les membres du FDPL « à dépasser les différends et à se mettre d’accord sur le maximum possible de questions ». Mardi, la chaîne d’information libyenne « 218 TV » a fait savoir que des divergences importantes ont caractérisé les travaux de la réunion du FDPL quant, notamment, au mode d’élection du prochain président libyen. « L’option pour une liste individuelle ou avec colistiers pour les candidats à la présidentielle a été la principale divergence. L’exclusivité de la nationalité pour le candidat à la présidentielle et les prérogatives du futur président ont été aussi des points de discorde », a souligné le média libyen. Une disposition, faut-il le souligner, qui vise essentiellement Khalifa Haftar, porteur de la nationalité américaine.
Les divergences entre les membres du FDPL ont été aussi importantes, au sujet du mode de l’adoption de la nouvelle Constitution « en ce sens que certains plaident pour l’adoption de la nouvelle Constitution par la Chambre des représentants du peuple et d’autres mettent en avant la voie référendaire ».
M. Bendib