Mohamed 6

ATTAQUES RECURRENTES DU VOISIN MAROCAIN CONTRE L’ALGERIE : De puissants lobbies sionistes à la manœuvre

L’Algérie, dont le statut de « médiateur » et de « faiseur de paix » est reconnu par toute la communauté internationale, gêne –et à son corps défendant- les velléités expansionnistes et colonialistes du royaume chérifien.

Mais qu’est-ce qui fait bouger Rabat ! Qu’est-ce qui pousse notre turbulent voisin de l’Ouest à toujours nous chercher noise ! Des diplomates chevronnés, très au fait de ce genre de questions, tentent d’expliquer les raisons qui poussent le Maroc à agir, dans bien des occasions, de manière irrationnelle, mettant à nue des situations et des comportements qui relèvent carrément de la psychiatrie. Nos sources se désolent ainsi du fait que Rabat soit inféodée à de puissants lobbies sionistes. Ce sont eux qui, la plupart du temps, lui dictent aussi bien ses actes que ses déclarations.
C’est cette dualité, qui relève carrément de la psychiatrie comportementale, qui fait que le Maroc divague et tangue dangereusement dans ses positions et relations diplomatiques.
Ainsi, au moment où la communauté internationale reconnait bien volontiers le caractère pacifiste, rassembleur et légaliste de notre pays, on prête au Maroc un caractère belliqueux, doublé de son implication directe dans le trafic international de drogue. Son ingérence dans les affaires internes et souveraines d’autres États est connue de tous. L’exemple le plus édifiant a trait au génocide dont est victime le peuple yéménite, et avec lequel Rabat a bel et bien partie liée. Le royaume chérifien, pour qui la corruption est érigée en véritable doctrine, n’hésite pas non plus à offrir de somptueux cadeaux aux épouses des lobbyistes auxquels il fait régulièrement appel pour soigner son image écornée par les nombreuses casseroles qu’il traine depuis des années. Caftans valant leur pesant d’or, avion royal, somptueuses résidences de vacances… n’est trop beau, ni trop cher, pour s’adjuger les services de ces puissants, mais menteurs, faiseurs d’opinion.
Le Maroc ne supporte pas non plus que notre armée se soit modernisée, professionnalisée et ait acquis du matériel ultra-moderne. L’ANP, dont les objectifs sont strictement défensifs, n’en gêne pas moins les velléités expansionnistes et impérialistes du Maroc.
Celui-ci, tout en continuant d’occuper illégalement le Sahara occidental, garde de sérieuses visées sur certaines parties de notre propre territoire national. Il est normal, dès lors, que notre armée, notamment ses officiers, soient constamment la cible de pernicieuses attaques de la part de notre turbulent voisin de l’Est, ainsi que de ses puissants lobbyistes…
Ali Oussi

Les forces marocaines tirent sur des nomades sahraouis
Les forces marocaines poursuivent la répression au Sahara occidental, en ouvrant le feu sur les nomades sahraouis et leur bétail dans les territoires sahraouis libérés, de l’autre côté du mur de la honte établi par l’armée d’occupation, a rapporté mercredi la presse sahraouie.
« L’armée marocaine continue d’ouvrir le feu sur les nomades sahraouis des territoires libérés, en particulier ceux proches du mur de séparation », a dénoncé la Fondation sahraouie Nuchatta.
« Dès que les chameaux et autres animaux s’approchent du mur marocain de la honte, ils sont visés par des tirs de l’armée d’occupation et ces actes de barbarie ont tendance à se répéter, d’où les plaintes de la population des territoires libérés », dénonce le collectif sahraoui basé à El-Ayoune occupé. Nuchatta a affirmé que « la dernière attaque date de mercredi, lorsque les forces d’occupation ont ouvert le feu sur plusieurs dromadaires », rappelant le meurtre, en 2016, d’un citoyen sahraoui qui tentait d’empêcher ses chameaux d’atteindre la zone minée adjacente au mur de la honte.
Les habitants se sont plaints que des soldats marocains stationnés le long du mur de la honte construit au Sahara occidental occupé tirent intentionnellement sur des animaux lorsqu’ils s’approchent du mur pour trouver de l’eau ou de l’herbe.
En moins d’une semaine, la même source a affirmé que l’armée marocaine a tiré à deux reprises sur des troupeaux de chameaux sahraouis.
Les tirs ont été lancés par de l’artillerie lourde, comme le montrent des images publiées sur le site de la Fondation.
M. B.