Photo QG Tebbounep2

APRÈS L’ANNONCE DE LA VICTOIRE DE ABDELMADJID TEBBOUNE : C’est la fiesta au QG

Au QG de l’ancien ministre de l’Habitat, et candidat à l’élection présidentielle de jeudi, Abdelmadjid Tebboune, tous les yeux étaient braqués sur l’écran TV, pour écouter la conférence de presse de Mohamed Charfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), qui devait annoncer les résultats définitifs de ce scrutin contesté.

Après une heure de retard, l’ancien ministre de la Justice apparait, et les partisans de Tebboune retenaient leur souffle. M. Charfi annonce, alors, la victoire de Abdelmadjid Tebboune et la salle s’emballe sous les cris de « Tahya El Jazaïr » «Djeich chaâb m3ak ya Tebboune » (l’Armée et le peuple avec vous M. Tebboune », alors que des fumigènes ont été allumés à l’intérieur même de la salle, rendant la visibilité quasi-nulle, la respiration avec.
L’ambiance était plutôt bon enfant à l’intérieur de la permanence de l’ancien Premier ministre et plusieurs fois ministre élu à 58,15%, soit près de cinq (5) millions des voix exprimées. Des youyous de femmes présentes sur les lieux fusaient de partout, entrecoupés par des cris et autres emballement de ses fans, qui laissaient ainsi éclater leurs joies refoulées, et qui se sont vite libérées sous les yeux de nombreux journalistes sur place.
Pour de nombreux membres du comité de soutien et autres membres de la campagne de Abdelmadjid Tebboune, présents en force sur place, l’élection présidentielle s’est tenue dans la transparence et leur « poulain » méritait amplement cette victoire. «Le peuple algérien a dit son dernier mot en faveur de notre candidat, qui s’est présenté sans aucune couleur politique et nous le saluons (peuple : Ndlr) pour la confiance accordée à notre postulant», a déclaré, tout souriant, un membre de la campagne de Tebboune. Et d’ajouter : « Le président Tebboune va poursuivre son travail de main propre, qu’il a entamé quand il était Premier ministre et que la Issaba (bande : Ndlr) a éjecté pour sauvegarder leurs privilèges, et le revoilà revenu président de la République, pour porter le coup de grâce à ce qui reste de la bande».
Ainsi donc l’Autorité de Mohamed Charfi, n’a fait que «rectifier» les résultats déjà annoncés par le directeur de communication de Tebboune, Mohamed Laâgab, qui avait donné son candidat gagnant avec 64% des suffrages exprimés.
Le désormais président de la République, en attendant son investiture officielle, aura du pain sur la planche, et sa mission ne sera pas de tout repos, face à la machine du mouvement populaire, qui semble bien huilée pour s’arrêter en si bon chemin, et sa détermination qui se renforce chaque jour davantage.
Brahim Oubellil