IMG_20210930_173333_802

APPROVISIONNEMENT EN GAZ : L’Algérie honore ses engagements envers l’Espagne

Le déplacement du chef de la diplomatie espagnole en Algérie a pour objectif d’avoir le cœur net au sujet des capacités ou pas du partenaire du sud à sécuriser ses approvisionnements en gaz. C’est désormais chose faite, et le responsable du gouvernement ibérique l’a entendu de la bouche même des hautes autorités algériennes, à leur tête le président Tebboune et son MAE Lamamra. Autrement, José Manuel Albares Bueno rentre à son pays avec la certitude d’avoir reçu les assurances d’un partenaire « stratégique, fiable et ami ». Le dossier de l’approvisionnement en gaz algérien continue à alimenter les spéculations, depuis que le Maroc, en accrocs diplomatiques avec l’Espagne, a tenté de jouer les fauteurs de troubles, du chantage pour ainsi dire, prétendant qu’il n’aurait pas l’intention de renouveler le contrat du gazoduc Maghreb-Europe, expirant fin octobre prochain. Ce n’était qu’un coup de bluff de la part du royaume sachant que l’Algérie avait dès le départ tranché la question en s’opposant à tout renouvellement du bail. En parallèle, nos autorités ont multiplié les contacts avec leur partenaire espagnole avec lequel elles ont convenu d’augmenter les capacités d’approvisionnement de l’autre gazoduc Medgaz ainsi portées à 10,5 milliards de M3. Force est de constater que même avec la rupture des relations diplomatiques, le Maroc continue à scruter les faits et gestes de l’Algérie. Incapable de lui porter atteinte malgré l’énorme débauchée d’énergie hostile qu’il a engagée, le royaume cherche à court-circuiter les relations algériennes avec ses partenaires, espagnoles notamment auxquelles il tient rancune. Il n’y a qu’à voir le traitement médiatique réservé à la visite du MAE en Algérie, du côté marocain comme leur allié français, pour en constater la poursuite de cette politique belliqueuse envers le voisin. C’est pour justement évacuer toute source de doute au sujet des engagements contractuels de l’Algérie sur le dossier d’approvisionnement en gaz que José Manuel Albares Bueno s’est rendu à Alger. Ainsi, aux termes de ses discussions avec son homologue algérien, Ramtane Lamamra, qu’il en reçoit les assurances de la part d’un partenaire économique qu’il qualifie de « fiable » et de « premier ordre » qui a « toujours honoré ses engagements » envers l’Espagne. Des propos qu’il a tenus au sortir de l’audience que lui a accordé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, jeudi, au palais d’El Mouradia. « L’Algérie est un partenaire économique de premier ordre pour l’Espagne, et a toujours été un partenaire fiable qui a honoré ses engagements. J’ai également été rassuré aujourd’hui quant à la continuité de l’approvisionnement (en hydrocarbures) », a-t-il indiqué. Au-delà de ce dossier, José Manuel Albares Bueno précise que l’Espagne et son partenaire aspirent à ce que leur coopération économique atteigne « le niveau souhaité » et soit « mutuellement bénéfique ». Ainsi, a-t-il exprimé le souhait des deux pays à « hisser leur partenariat énergétique à des secteurs novateurs permettant d’aller vers la transition énergétique ». Au plan politique, le MAE espagnol a exprimé la volonté de son pays de commencer à préparer la prochaine réunion de Haut niveau, prévue en Espagne. Cette rencontre devra permettre, selon lui, d’ « identifier les secteurs novateurs, notamment les énergies renouvelables, l’agriculture et la construction navale ». À la même occasion, Albares Bueno a indiqué avoir transmis au Président Tebboune les messages d’amitié du Roi et du Président du gouvernement espagnols, soulignant le « caractère stratégique des relations entre les deux pays qui sont non seulement voisins mais également amis ». Enfin abordant les relations entre l’Algérie et l’UE, José Manuel Albares Bueno a indiqué que « l’Espagne est toujours prête à travailler pour un approfondissement bénéfique (de ces relations, ndlr) pour toutes les parties », réitérant que « l’Espagne continuera à renforcer davantage ses relations avec l’Algérie ».
F. Guellil