Amateurs : Ali Malek met en garde contre la violence

Des « mesures sévères », voire « radicales », seront prises à l’encontre des « fauteurs de troubles, qui n’ont pas lieu d’exister dans le football algérien », a assuré lundi à Alger le président de la Ligue nationale de football amateur (LNFA), Ali Malek, en réponse à des actes de violence relevés dernièrement lors de certains matchs de ladite division.
«Les autorités compétentes n’hésiteront pas à sanctionner sévèrement les fauteurs de troubles qui salissent l’image du football algérien en se rendant coupables d’actes de violence », a affirmé Malek à l’APS en marge de l’assemblée générale ordinaire de la LNFA. A 11 journées de la fin du championnat national amateur, les points valent leur pesant d’or, aussi bien pour les clubs qui visent l’accession que pour ceux qui cherchent à éviter la relégation.
Et puisque la fin justifie les moyens, certains d’entre eux n’hésitent pas à recourir à des manœuvres extra sportives, voire à des actes de violence extrême pour engranger les points nécessaires à la réalisation de leurs objectifs. Pas plus tard que samedi, le match entre la lanterne rouge, la JSM Chéraga et le leader, le NARB Réghaïa, disputé au stade de Zéralda pour le compte de la 19e journée du championnat national amateur (Groupe Centre) a été arrêté avant terme suite à des incidents qui ont fait plusieurs blessés.
Des faits regrettables que le président de la LNFA a condamné fermement pendant l’assemblée générale ordinaire de l’instance, espérant pouvoir travailler main dans la main avec toutes les bonnes volontés pour « en finir avec le football de la terreur », tel qu’il l’a lui-même qualifié. « Les clubs qui veulent des résultats n’ont qu’à se préparer en conséquence pour atteindre leurs objectifs dans la légalité et le respect des lois. Non pas en martyrisant autrui et en salissant l’image de notre football », a encore regretté Malek. Le premier responsable de la LNFA a tenu à préciser que « le fait qu’un club investisse beaucoup de temps et d’argent pour atteindre un objectif défini, ne lui donne pas le droit de recourir à la violence pour rectifier le tir s’il n’arrive pas à l’atteindre dans les règles ». « L’échec est difficile à accepter, surtout pour les personnes qui ont beaucoup investi de leur temps et de leur argent.
Mais les gens doivent apprendre à rester fair-play, quel que soit le résultat, car le football n’est qu’un sport. Donc, même si échec il y a, ce ne sera jamais la fin du monde », a tenu à rappeler le président de la LNFA. Malek a conclu en affirmant qu’il faut « commencer par assainir le football national », en le débarrassant de tous les « aspects négatifs » qui le salissent actuellement pour pouvoir « aller de l’avant ».
Le président de la LNFA n’a pas dévoilé la nature exacte des sanctions qui peuvent être prises à l’encontre des clubs ou personnes réfractaires, se contentant de « garantir » que les autorités compétentes « ne mettront pas de gants » pour faire le nécessaire.