ALGÉRIE - ARABIE SAOUDITE - Relations bilatérales et question palestinienne

ALGÉRIE – ARABIE SAOUDITE : Relations bilatérales et question palestinienne

Un communiqué de la Présidence de la République a fait savoir, hier, que le président Abdelmadjid Tebboune a adressé un message à l’Emir Mohamed Ben Salman, remis par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, au ministre saoudien des Affaires étrangères, l’Emir Fayçal ben Farhan ben Abdallah Al Saoud, lors d’une audience à Djeddah. Selon les indications données par l’agence de presse officielle saoudienne (SPA), le message porte sur les relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans différents domaines. La même source précise que les deux ministres ont discuté des relations bilatérales et de leur renforcement et ont également échangé les points de vue sur les questions d’intérêt commun. La coopération entre l’Algérie et l’Arabie saoudite a été évoquée ces derniers jours à l’occasion de la rencontre de l’ambassadeur d’Arabie saoudite en Algérie,  Abdullah bin Nasser Abdullah Albussairy, avec plusieurs membres du gouvernement qui l’ont reçu. À la fin du mois dernier, c’est le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, qui a reçu l’ambassadeur d’Arabie saoudite pour des entretiens qui ont mis en avant « la profondeur des relations historiques» unissant les deux pays, et «la détermination des deux pays à hisser le niveau de la coopération bilatérale à de nouvelles perspectives, conformément aux orientations des dirigeants des deux pays frères». La perspective du sommet arabe prévu le 1er novembre prochain à Alger n’est pas étrangère à l’intensification des contacts entre les deux pays.
Il y a un peu plus d’une semaine, le 19 avril, le président Tebboune a reçu l’ambassadeur d’Arabie saoudite qui lui a transmis un message du roi Selmane Ben Abdelaziz Al Saoud dans lequel il a salué la voie de concertation et de coordination établie entre les deux pays. Dans ce message, le souverain saoudien a dit partager les vues avec le président Tebboune « à l’égard de l’unité du rang arabe et du travail concerté pour l’essor de la Oumma arabe». Le message a affirmé l’attachement de l’Arabie saoudite à sa «position constante à l’égard de la cause palestinienne pour l’établissement de l’Etat de Palestine sur les frontières de 1967 avec Al-Qods Est comme capitale, et ce, conformément à la légalité internationale». Hier, a été célébrée la Journée internationale d’El Qods qui coïncide avec le dernier vendredi du mois du Ramadan. Cette Journée intervient dans un contexte marqué par des évolutions favorables à la lutte du peuple palestinien dans sa résistance face aux forces d’occupation israéliennes. Depuis quelques semaines, pendant le Ramadhan, la Mosquée Al-Aqsa a été la cible d’attaques répétées des forces d’occupation et des colons israéliens. Les Palestiniens ont réussi à s’opposer à ces incursions agressives et à les mettre en échec. Par ailleurs, la démarche de «normalisation» des relations avec l’entité sioniste engagée par quelques pays arabes, piétine et n’a aucune perspective sur fond de conflit entre la Russie et l’Ukraine qui a révélé des signes perceptibles de recul de l’influence dans le monde des Etats-Unis, principaux soutiens à la politique agressive d’Israël. Dans six mois, le sommet de la Ligue arabe abordera la question palestinienne en tant qu’enjeu stratégique et central et confirmera la tendance à l’amélioration des conditions de lutte du peuple palestinien pour ses droits nationaux. Hier, les Palestiniens ont afflué, dès l’aube, à la mosquée Al-Aqsa pour effectuer leurs prières, malgré les mesures répressives d’occupation qui ont empêché les jeunes d’accéder à la mosquée et n’ont autorisé que les personnes âgées à y entrer. Les fidèles ont affronté à coups de pierres les forces d’occupation, qui ont pris d’assaut la mosquée en grand nombre. Le correspondant d’Al-Mayadeen a rapporté qu’il y a eu des blessés parmi les fidèles à la suite de l’assaut des forces d’occupation israéliennes qui ont attaqué des journalistes, des enfants et des femmes et ont empêché les ambulanciers d’entrer dans les cours de la mosquée pour transporter les blessés.
M’hamed Rebah