makrip2

ABDERREZAK MAKRI : Le Makhzen « a franchi toutes les lignes rouges »

Les réactions à la récente provocation du Maroc et sa campagne hostile contre l’Algérie, par oser soutenir officiellement un prétendu « droit du peuple kabyle à l’autodétermination », se poursuivent. Ainsi, le Mouvement de la société pour la paix d’Abderrezak Makri a fait part de « sa vive consternation » et de sa condamnation de ladite déclaration « irresponsable » du diplomate marocain, une déclaration qui a, a-t-il dit, « franchi ttoutes les lignes rouges ». Le MSP a affirmé que cet acte « malveillant », suit des plans colonialistes malsains et démontre la politique hostile officielle du régime marocain, laquelle vise à déstabiliser l’Algérie et toute la région. Selon lui « faire le lien entre la cause juste du Sahara occidental et les appels marginaux au séparatisme en Algérie, menés depuis l’étranger, par des personnalités collaborationnistes liées aux puissances coloniales et à l’État sioniste, est un lien malsain qui démasque les mentalités faibles et le morale effondré du régime du Makhzen ». Appelant dans ce registre les Algériens à « se dresser tel un seul homme contre cette menace croissante sur nos frontières de l’ouest, notamment aux habitants de la région de Kabylie, qui ont été cités dans cette déclaration marocaine officielle publiquement, ce qui leur est requis de riposter fermement à cette agression flagrante sur toute l’Algérie ». De son côté le Mouvement El-Islah a fait part de sa vive condamnation du « grave dérapage » diplomatique et politique de la représentation marocaine à New York, dans le but de « frapper les fondements de l’État algérien, porter atteinte à la cohésion nationale pour empêcher l’Algérie de s’acquitter de ses positions pionnières qui soutiennent les causes justes de la nation arabe et de la nation musulmane».
S. O.

L’ANR : « Le Makhzen obéit aux parrains du nouveau Moyen-Orient »
Aussi pour Belkacem Sahli, le président de l’Alliance nationale républicaine (ANR), il s’agit d’une escalade qui touche au cœur les principes du bon voisinage et la force des relations historiques entre les deux peuples frères algérien et marocain, et qui contredit de manière flagrante le droit international et la charte fondatrice de l’Union africaine. Le parti réaffirme également « pour ceux qui ont encore besoin de confirmation que le régime du Makhzen était et restera un outil obéissant entre les mains de ses maîtres, parmi les parrains du nouveau Moyen-Orient, qui cherchent à semer la destruction et déstabiliser les patries et frapper leur unité territoriale et populaire, sous divers noms et sous divers prétextes, notamment la défense des droits de l’homme et la diffusion des valeurs démocratiques », écrit-il dans son communiqué. Il convient de rappeler que vendredi, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger avait dénoncé, « une dérive particulièrement dangereuse » de la représentation diplomatique marocaine à New York, dont la note distribuée, récemment, aux pays membres du Mouvement des Non-alignés dans laquelle le Maroc soutient publiquement et explicitement un prétendu « droit à l’autodétermination du peuple kabyle ». Pour le MAE, l’Algérie, « République souveraine et indivisible », est en droit d’attendre une « clarification de la position définitive du Royaume du Maroc sur cet incident d’une gravité extrême.
S. O.

LE CONSEIL DE LA NATION : « L’Algérie ne pardonnera jamais une telle vilenie »
Également, le bureau du Conseil de la nation présidé par Salah Goudjil, a déclaré avoir « accueilli avec un grand étonnement cette action inacceptable et insensée du représentant du royaume du Maroc à New York, dans laquelle il a clairement affirmé et de manière officielle le soutien de son pays à ce qu’il a qualifié selon ses dires le droit à l’autodétermination du peuple kabyle ». Une position que le bureau du Conseil de la nation considère comme étant dénuée de tout sens diplomatique ou moral ». Le bureau de la première chambre du Parlement national dira en ce sens que l’Algérie des sacrifices, de la dignité et de le fierté, ne pardonnera jamais une telle vilenie de séparatisme d’un régime habitué aux basses manœuvres, aux complots et aux atteintes aux valeurs sacrées des pays voisins ». Pour l’institution dirigée par Salah Goudjil il s’agit d’une tentative de déstabilisation de la République algérienne, espérant de voir le régime marocain « faire amende honorable et rectifier ce grave dépassement qu’il assimile à un reniement profond et une atteinte sans commune mesure au droit international et à un dérapage sans précédent vers l’abîme ». Enfin le Conseil de la nation s’est exprimé concernant la mise en parallèle de la cause l’autodétermination du peuple sahraoui et l’ « indépendance en Kabylie » déclarant qu’il « serait hasardeux de comparer entre la lutte d’un peuple pour mettre fin au colonialisme que vit un pays membre fondateur de l’union africaine, dont le dossier est au niveau des Nations unies, et ceux qui veulent utiliser les fondements identitaires d’une République souveraine unie pour inventer de toutes pièces et faire ressusciter toute affaire afin de porter atteinte à la stabilité politique et à l’unité de la nation algérienne ».
S. Oubraham