Abbaza Yahia, P/APC de Ghardaïa : «les gens ont compris qu’il y a manipulation»

Le P/APC de Ghardaïa, Abbaza Yahia, qui nous a reçus la semaine écoulée dans son bureau, estime que les riverains de la Vallée du M’zab ont fini par comprendre que personne ne tire profit de la situation inextricable que vit la région, depuis décembre 2013. Notre interlocuteur se réjouit aussi du fait qu’il y a un éveil de conscience chez les habitants de sa commune puisque ceux-ci, soutient-il, savent désormais que les dégâts enregistrés sont le résultat d’une vaste campagne de manipulation.

Le Courrier d’Algérie : -Une tournée au niveau de certains quartiers relevant de la municipalité de Ghardaïa (10 août, ndlr) nous a permis de constater que les choses sont, provisoirement, rentrées dans l’ordre. Qu’en pensez-vous ?
Abbaza Yahia : -Effectivement, la situation au niveau de la commune de Ghardaïa s’est améliorée, il y a de cela plus d’une semaine. Et je pense que les choses vont continuer à ce rythme. Car, il me semble que l’on a compris que personne ne tire profit de cette situation. C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, beaucoup de gens sont revenus à la raison. Il ne sert donc à rien de semer la zizanie et de provoquer les problèmes, parce que le pourrissement n’arrange personne. Bien au contraire, cela va creuser davantage le fossé entre les deux communautés.

Oui. Mais, il faut admettre que la trêve à laquelle les deux parties ont pu parvenir reste, comme nous l’avons auparavant souligné, fragile. Puisque la peur et la méfiance sont toujours perceptibles sur les lieux…
Cette peur, dont vous parlez, est justifiée par l’ampleur qu’ont pris les évènements de Ghardaïa. Il ne faut pas oublier en effet que des centaines de familles ont été délogées et que des morts ont été déplorés par les deux communautés. Il s’agit donc d’une situation très délicate. Il faut donner du temps au temps pour qu’on puisse panser les blessures et permettre aux uns et autres de tourner cette page et oublier, si je peux m’exprimer ainsi, ce cauchemar terrible qui a traumatisé les riverains de cette région. C’est un peu comme un séisme. Celui-ci est toujours suivi par des répliques qui font peur aux gens. Mais, l’on finit toujours par les oublier.

Plusieurs commerçants, dont les locaux ont été saccagés, lors des événements qu’a connus la commune de Ghardaïa, notamment au niveau du quartier Thniet el-Makhzen, exigent des indemnisations de la part de l’État. Votre commune a-t-elle réservé des cagnottes dans ce sens ?
Tout le monde sait que, pour l’épanouissement du commerce, il faut que plusieurs facteurs soient réunis. Je cite, entre autres, la sécurité et le fonds ou les capitaux. En ce qui concerne les incidents qui se sont produits dans la région, l’État a attribué des aides aux commerçants pour qu’ils puissent rénover leurs locaux. Ceci dit, je me demande si les pouvoirs publics sont en mesure de rembourser tous ces capitaux, sachant que certains ont déploré des pertes considérables. Pour les locaux fermés, je pense que ceux-ci le resteront, ainsi, jusqu’à ce que la situation revienne à la normale. Il faut, comme je l’ai auparavant souligné, laisser les gens oublier ce qui s’est passé dans la région et donner du temps au temps.

Comment arrivez-vous à vous entendre au sein de l’Assemblée populaire communale, sachant que cette dernière est composée d’élus mozabites et arabes ?
Les événements qu’a connus la commune de Ghardaïa n’ont, heureusement, pas influé sur notre travail au sein de l’APC. Les élus, mozabites et arabes, s’entendent très bien à tel point que l’on peut parier qu’ils sont issus de la même communauté. Les réunions sont tenues dans de bonnes conditions et les délibérations sont faites loin de toute tension. Mieux, les élus de la municipalité de Ghardaïa fassent toujours de sorte que cette ambiance qui règne au sein de l’Assemblée soit la même au niveau des différents quartiers.

Comment appréhendez-vous la prochaine rentrée sociale qui sera, d’après plusieurs riverains, marquée par le retour des hostilités ?
Je reste optimiste malgré tout. Car, je suis persuadé qu’il y a un éveil de conscience et que les gens ont fini par comprendre qu’il ne sert à rien de s’entretuer. La preuve en est que la situation s’est améliorée, ces derniers jours. Alors qu’en principe, c’est à ce moment que les choses peuvent se dégrader puisque tout le monde est en congé. Certains vont dire que plusieurs riverains sont à l’extérieur de la wilaya. Mais, leur nombre est très minime comparativement à la population de Ghardaïa. Je répète, encore une fois, que les habitants de la Vallée du M’zab ont compris qu’il y a de la manipulation. Je tiens à souligner également que les éléments de sécurité font leur travail. Ceux-ci ont été certes dépassés vu l’ampleur des événements, mais il faut admettre qu’ils font leur travail correctement.
Propos recueillis par S. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>