lait-distribution

À CAUSE DU « RETARD » DANS L’APPLICATION DE LA NOUVELLE MARGE BÉNÉFICIAIRE : Les distributeurs de lait menacent de faire grève

La Fédération nationale des distributeurs de lait menace d’entamer une grève illimitée suite à la non-application des décisions du Président de la République relatives à l’augmentation des marges bénéficiaires  des différents intervenants dans la production, la distribution et la commercialisation du lait pasteurisé conditionné en sachets subventionné.

Selon Farid Oulmi, Président de cette fédération ; même les accords conclus avec le ministère du Commerce et l’office national du lait (ONIL) il y a plus d’un mois, autour de l’organisation de cette activité, n’ont pas été respectés. D’après la même source, la hausse de deux dinars de la marge bénéficiaire n’a pas été appliquée à ce jour, ce qui a provoqué la grogne des distributeurs qui font face, a-t-il relevé, à des difficultés et une baisse de leur revenu en raison du maintien de l’ancien système de travail qui est, rappelle-t-il encore, à l’origine de la crise de lait depuis plusieurs années. Dans le même contexte, Oulmi a rappelé que la fédération des distributeurs de lait avait gelé la grève deux ans durant en raison de la situation sanitaire que traversait le pays de sorte à « préserver les intérêts des citoyens », cependant, souligne-t-il, la persistance des problèmes depuis plus de 20 ans a poussé de nombreux bureaux de la fédération au niveau des wilayas à réclamer le retour à la contestation.
« La grève est désormais le dernier moyen en vue d’accélérer la satisfaction de nos revendications, à commencer par l’augmentation de la marge bénéficiaire, et la mise en place du nouveau système de contrôle qui repose sur la numérisation et la sécurisation de l’acheminement du lait. Il est essentiel de souligner que si les distributeurs de lait de 25da venaient à aller jusqu’au bout de leurs menaces, la crise autour de ce produit, de très large consommation, risque de s’accentuer davantage. En effet, depuis plusieurs années, l’acheminement du lait vers les commerces se fait dans la désorganisation totale; ce qui a provoqué des situations de tentions dans la capitale notamment et dans plusieurs wilayas du pays. En dépit des quantités importantes produites quotidiennement par les laiteries publiques ajoutées à celle relevant du secteur privé, le lait subventionné de 25da peine à arriver de manière régulière vers les consommateurs.
Un état de fait qui perdure malgré toutes les dispositions annoncées par les autorités afin de palier à ce problème. Tout cela pour dire que la grève ne fera donc qu’aggraver la situation si les dispositions nécessaires ne sont pas prises à temps.
Ania Nch