ZOne

ZONES INDUSTRIELLES : Un décret exécutif pour mettre fin à l’anarchie

Un décret exécutif portant organisation des zones industrielles sera signé prochainement. C’est ce qu’a annoncé, hier, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, lors d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Djelfa.

Procédant à l’inauguration d’une usine de recyclage de papier à Aïn-Ouessara, récemment raccordée au réseau électrique, Djerad, qui était accompagné du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, et le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a déclaré : « Nous sommes sur le point de signer un décret exécutif portant organisation des zones industrielles, qui connaissent une certaine anarchie ». Rassurant que le gouvernement  « veillera à la répartition transparente et à l’organisation rationnelle du foncier industriel », le Premier ministre a annoncé l’ouverture de filiales bancaires dans ces zones, à l’instar de ce qui est en vigueur dans de tels espaces à travers le monde. Il a assuré, dans ce sens, que « les superficies octroyées par le passé à de nombreuses personnes sans jamais être exploitées seront récupérées et attribuées à de véritables investisseurs ». L’Algérie « a toutes les potentialités et les compétences humaines nécessaires pour promouvoir l’industrie de transformation, petite et moyenne, afin de satisfaire ses besoins nationaux », a affirmé le Premier ministre. Plaidant, par ailleurs, pour le ciblage du marché africain, « en mettant à profit la place et la profondeur africaine de l’Algérie », il a rappelé que notre pays avait contribué, depuis la glorieuse Révolution de libération, à l’indépendance de nombreux pays africains. Soulignant, à ce propos, « la vision stratégique » du président de la République en ce qui concerne le continent africain, Djerad a insisté sur l’importance de la contribution de l’activité commerciale et industrielle des investisseurs algériens, qu’ils soient du public ou du privé, à sa concrétisation. Lors de l’inspection de la chaîne de production de cette unité industrielle privée de transformation de papier hygiénique, le Premier ministre a « souligné l’importante contribution attendue de cette unité dans le soutien de l’industrie de transformation, notamment en matière de couverture des besoins du marché national en produits locaux, et partant la réduction de la facture d’importation (en devises) »,s’est-il félicité. « Le gouvernement œuvre pour l’encouragement de la petite et moyenne entreprise, et l’Algérie possède les compétences requises pour ce faire », a assuré Abdelaziz Djerad. Il a mis en exergue « la stratégie nationale pour la promotion de la petite industrie » à travers, a-t-il dit, « l’accompagnement et le soutien des jeunes porteurs de projets durant leurs premiers pas, jusqu’à la création de grandes sociétés », a-t-il soutenu. Sur place, un exposé a été présenté au Premier ministre sur les perspectives de développement de cette unité industrielle relevant de la SARL Wafa, à l’issue duquel Djerad a plaidé pour l’impératif de s’orienter vers « le marché africain », appelant les responsables en charge de cette unité à « la nécessité d’assurer une formation aux jeunes compétences pour maîtriser les nouvelles technologies et encourager la relation entre les investisseurs industriels et le ministère de la Formation professionnelle, afin d’accélérer l’intégration des compétences dans le marché du travail », a-t-il recommandé. Selon sa carte technique, la première étape de ce projet a été affectée d’une enveloppe de 2,1 milliards de DA, dont 1,3 milliard DA destiné pour l’acquisition des équipements de l’unité, et 800 millions de DA pour la réalisation des structures de base du projet. Cet investissement, réalisé à la zone d’activités d’Aïn-Ouessara, assure 150 emplois directs. La mise en service effective de la chaîne de production de papier hygiénique générera, durant sa 2eme étape prévue à l’horizon 2022, pas moins de 180 emplois. Cette deuxième étape a été affectée d’un montant de 2,8 milliards de DA dont 2,5 milliards destinés à l’acquisition de machines et outils de production, et 300 millions pour l’extension de la base du projet. En tout, cet investissement privé coûtera 4,9 milliards de DA. Le chef de l’exécutif s’est rendu, ensuite, dans la daïra de Birine (à 137 km au nord du chef-lieu de wilaya) où il devra s’enquérir du projet d’un hôpital de 60 lits dont les travaux de réalisation et l’équipement ont été achevés. Au chef-lieu de wilaya, Djerad a posé la première pierre d’un projet tant attendu par les citoyens, à savoir un Centre anticancer (CAC) auquel le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, accorde une attention particulière, manifestée lors de plusieurs Conseils des ministres.
Hamid Mecheri