E-paiement

Vente électronique de billets : La SNTF en mode e-paiement

Désormais, les usagers du train peuvent retirer leur billet de transport à travers un système électronique, lancé par la SNTF (Société nationale des transports ferroviaires), jeudi dernier, au niveau des stations d’Agha et d’Alger. Il s’agit d’une première opération qui sera généralisée et qui concerne les grandes lignes et intervilles à travers l’installation de terminaux de paiement électronique (TPE).

La crise de la pénurie de la petite monnaie à laquelle sont fréquemment confrontés, et les usagers et les préposés aux guichets dans les gares ferroviaires, pourrait enfin connaître son épilogue.
En fait, la SNTF a annoncé, dans un communiqué, le lancement d’un nouveau système de vente électronique de billets sur les parcours des trains de grandes lignes et intervilles, via des terminaux de paiement électronique (TPE), jeudi, au niveau des gares d’Alger et d’Agha. «Ce nouveau système de vente électronique de billets, via des terminaux de paiement électronique (TPE), appelé à être généralisé sur l’ensemble des gares de grandes lignes et intevilles, sera mis au profit de la clientèle détentrice de carte interbancaire (CIB)», peut-on lire dans ce communiqué.
Le système de paiement électronique sera appelé aussi à être étendu. La direction de la Société nationale entend renforcer, prochainement, ce système de paiement par l’utilisation d’Internet dans les opérations de réservation et d’achat de titres de voyage à distance. Pour dire simple, le billet électronique, appelé aussi e-ticket, est un billet dématérialisé qui remplace un support d’information matériel (le traditionnel billet en papier) par des informations numériques, il est effectué par le biais d’une carte bancaire. Il faut rappeler que beaucoup de pays ont adopté ce mode de paiement, en l’utilisant dans les transports en commun, terrestres, maritimes et aérien. Ce système de paiement électronique s’est surtout généralisé dans le secteur aérien, dans les opérations de réservation et d’achat des billets d’avion.
Pour la mémoire, le paiement électronique est rendu obligatoire dans le secteur aérien en fin 2008, par l’association internationale du transport aérien (IATA). Par ailleurs, l’introduction de billet électronique dans les différentes gares de la SNTF aiderait, en outre, à réduire le phénomène des fraudeurs ou des mauvais payeurs qui ne s’acquittent pas de leur titre de voyage.
Face à la crise économique et les nouvelles orientations prônées par le gouvernement (le e-gouvernement), le paiement électronique permettra une meilleurs amélioration des trésoreries des entreprises et leurs donnera plus d’autonomie financière. Pour rappel, le service de paiement électronique a été officiellement lancé en Algérie, en octobre de l’année précédente, avec 11 banques et 9 entreprises proposant ce service à leurs clients, tandis que d’autres sociétés ont exprimé des intentions de faire intégrer ce système. La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence notamment du ministre des Finances, Hadji Baba-Ami, du ministre délégué de l’Économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf, du gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal.
Plusieurs directeurs généraux et responsables d’entreprises et de banques concernées par cette opération y ont également assisté, à l’image du DG d’Air Algérie, Mohamed Abdou-Bouderbala, ou encore le DG de Tassili Airlines, Belkacem Harchaoui. Une démonstration du premier achat effectif a été effectuée par Boudiaf qui a fait une réservation d’un billet d’avion Alger-Constantine sur Air Algérie.
La collaboration des banques est très primordiale dans la réussite de ce système de paiement à travers la délivrance de la Carte de retrait interbancaire (CIB) aux clients. Pour mieux introduire ce mode de paiement, 11 banques vont assurer à leur clientèle ce service de paiement, dont six banques publiques, à savoir la Badrr, CPA, BDL, BNA, BEA, CNEP et cinq autres privés : Trust Bank Algérie, Natixis Algérie, Société générale Algérie, Gulf Bank Algérie et Al Baraka. À rappeler encore que, en plus de la SNTF, ce système de paiement sera adopté par d’autres établissements publics comme la Sonelgaz et l’Aadl.
Hamid Mecheri