USMA-CRB, ce soir au 5-juillet (18h00) : Le «Chabab» pour mettre un terme à la suprématie usmiste

Les regards seront braqués ce soir sur le stade du 5-Juillet qui abritera un derby qui s’annonce palpitant entre l’USMA et le CRB dans le cadre de la 20e journée du championnat de Ligue 1.

L’on s’attend d’ailleurs à ce que cette affiche attire la grande foule parmi les supporters des deux formations, contrairement aux précédents derbies algérois qui ont été marqué par un très peu d’engouement des fans. En tout cas, la belle forme affichée par le ‘’Chabab’’ qui reste sur deux victoires de suite, dont la dernière en date ramenée du terrain du MCO, laisse présager que les gars de Laaquiba aborderont la partie avec la ferme intention de réussir la passe de trois. Cela leur permettra tout simplement de grimper encore des échelons dans le classement et viser une place sur le podium après avoir longtemps flirté avec la relégation lors de la phase aller.
Mais l’entraîneur marocain des Rouge et Blanc, Badou Zaki, l’artisan de la résurrection du CRB, se veut méfiant : «L’USMA n’est plus à présenter. C’est une très bonne équipe qui joue chaque saison pour gagner des titres. Ce sera donc un véritable test pour nous», prévient l’ex-sélectionneur du Maroc. Pour leur part, les Usmistes, en perte de vitesse depuis le début de cette deuxième partie du championnat, abordent le match avec un effectif décimé. Plusieurs absences et non des moindres sont d’ailleurs signalés du côté de la formation de Soustara qui risque d’avoir beaucoup de problèmes pour assoir sa domination sur son adversaire du jour qu’elle a battu régulièrement ces dernières années, notamment au stade olympique. Seulement, avec toutes ces défections annoncées dans le groupe de l’entraineur belge, Paul Put, la peur risque de changer de camp. Même le patron technique des Rouge et Noir reconnait la difficulté de la mission qui attend ses capés. «Ce ne sera pas facile pour nous d’affronter un adversaire qui carbure à plein régime, avec un effectif amoindri de plusieurs joueurs clé», explique Put.
Hakim S.