université Kasdi Merbah copie

Université Kasdi-Merbah de Ouargla : Plus de 270 postes doctorants projetés

Au moins 276 nouveaux postes doctorants (système LMD) seront ouverts dans différentes filières d’enseignement spécialisé à l’université Kasdi-Merbah d’Ouargla au titre de la prochaine saison universitaire 2018/2019, a-t-on appris auprès du rectorat.

Ces postes, totalisant 29 projets de recherche, sont répartis sur 90 spécialités d’enseignement, dont les sciences sociales et humaines et se sont taillés la part du lion avec 113 postes de formation, les sciences de l’ingéniorat, sciences fondamentales (85) et les sciences techniques (78), a précisé à l’APS le vice-recteur chargé de la formation supérieure de 3ème cycle, l’habilitation universitaire, la recherche scientifique et la formation supérieure en post-graduation, Abdelghani Dadène. L’accès à ce cursus d’enseignement supérieur se fera, après validation en juillet prochain par le ministère de tutelle et la promulgation de la décision ministérielle définissant le nombre de postes ouverts au titre de la prochaine année universitaire, sur la base d’un concours national, dont les candidatures s’effectueront sur le site électronique de l’université, a-t-il précisé. Selon M. Dadène, ces postes ouvriront de larges perspectives aux étudiants du système LMD pour s’impliquer dans les groupes de recherches et des projets de la recherche de la formation universitaire, préalable à la publication scientifique pour les étudiants. L’UKMO compte quelque 80 groupes de recherches qui comptent 400 enseignants et doctorants chercheurs dans différentes filières, à l’instar des sciences humaines et sociales (17 groupes), la faculté des mathématiques et sciences de la matière (16), la faculté des sciences économiques et commerciales (11 groupes), la faculté des lettres et langues (10). Le même responsable a fait part de la création, au titre de la prochaine saison universitaire, de 83 écoles doctorales à l’échelle nationale, dont le fonctionnement repose énormément sur la coopération inter-institutions universitaires, ajoutant que l’université d’Ouargla ambitionne d’ouvrir des institutions du type dans certaines filières à travers des pôles d’excellence. Ces spécialités concernent les hydrocarbures, les sciences agronomiques, les sciences humaines et sociales susceptibles de renforcer et d’améliorer le niveau de la formation universitaire, ainsi que de l’enseignement, de l’encadrement et de la disponibilité d’équipements spécialisés et de laboratoires de recherches.

…parmi les premières universités du pays
Elevé en 1999 au rang d’université, cet établissement d’enseignement supérieur accorde un grand intérêt à l’encouragement de la recherche scientifique, l’ouverture de filières en post-graduation, l’encouragement des projets de recherche scientifique, ayant permis de placer cette institution parmi les grandes et premières institutions universitaires du pays, a ajouté M.Dadène. L’UKMO s’est imposée cette année en se hissant en tête des institutions universitaires nationales, selon le classement établi par Unirank, un système de classement international et crédible des universités sur la base d’indicateurs de qualité des sites web des universités qui tiennent compte de critères d’envergure, de visibilité dans le moteur de recherche et de richesse des contenus, a-t-il révélé. Ce classement, a-t-il dit, reflète le «bond qualitatif» atteint par l’université d’Ouargla, l’adhésion de ses enseignants et chercheurs dans le processus de développement de la recherche scientifique, la dynamique scientifique et culturelle qu’a connue ces dernières années cette institution, ainsi que les efforts de développement cognitif, et l’adaptation du travail au développement technologique et électronique, en application des orientations de la tutelle visant la réforme et le développement de l’université algérienne. Au moins 128 postes de formation en doctorat avaient été ouverts l’an dernier à l’université de Ouargla dans 32 spécialités ayant permis aux admis de bénéficier de formation intensive en langues et méthodologie de recherche scientifique et la participation aux séminaires et colloques, a rappelé M.Dadène. Cent thèses de doctorat ont été soutenues depuis 2014 sur un total de 173 projets de recherche ouverts depuis 2010. L’université d’Ouargla dispose de
10 facultés et de deux instituts nationaux, regroupant près de 30 000 étudiants, répartis sur 236 filières scientifiques, notamment dans des spécialités à fortes chances d’employabilité.