medecinp4

UNION NATIONALE DES PERSONNELS DE LA SANTÉ PUBLIQUE : Pour un statut général regroupant 13 statuts particuliers

L’Union nationale des personnels de la santé publique (UNPSP) a plaidé pour l’élaboration d’un statut général de la santé définissant les droits et devoirs de l’ensemble du personnel du secteur et leur permettant de bénéficier « équitablement » de différentes primes et indemnités, a déclaré mercredi le président de ce syndicat, Ben El Mili Ayachi.
Au cours d’une conférence de presse tenue au siège du syndicat à Alger, le président de l’UNPSP a fait savoir que son organisation a plaidé, lors d’une réunion avec une commission ministérielle, pour l’élaboration d’un « statut général de la santé qui va réunir les 13 statuts particuliers du secteur de la Santé et qui va définir les droits et devoirs de tous les employés ».
Ce statut général de la Santé permettra, a-t-il ajouté, à l’ensemble du personnel du secteur de la Santé de bénéficier de toutes les primes, car, dit-il, « il y aura l’unification des régimes indemnitaires ».
Ainsi, le président de l’UNPSP a souligné que lors de la rencontre avec la commission ministérielle il avait insisté sur « les corps communs qui représentent près de 65 % du personnel de la santé », ajoutant que « l’on a souvent parlé de l’armée blanche qui lutte contre la pandémie, dont des médecins et des paramédicaux, mais il y a également une armée qui constitue la majorité du personnel dans ce secteur ». Les discussions avec la commission ministérielle ont porté également sur les ouvriers professionnels (OP), fait savoir Ben El Mili, affirmant que son syndicat a proposé « une bonification pour encourager cette catégorie du personnel de la santé ». L’UNPSP a également mis l’accent sur la prise en charge des contractuels, qui représentent, selon lui, un quart du personnel de la santé. Cette catégorie, estime-t-il « est exposé à un risque permanent ».
À cet effet, le président de l’UNPSP a indiqué qu’une demande sera envoyée à la Direction générale de la Fonction Publique pour « entamer des discussions sur une éventuelle révision des statuts particuliers des corps communs et celui du personnel contractuel du secteur de la Santé ».
Pour ce qui est des paramédicaux et des sages-femmes, le syndicat a demandé à la commission ministérielle « de mettre en place un programme national spécial de formation pour ce corps et de lui assurer une protection juridique », a affirmé le syndicaliste.
S. O.