Haddad

UNE SOURCE AU SEIN DE L’ORGANISATION PATRONALE NOUS L’A RÉVÉLÉ HIER : Ali Haddad risque des poursuites judiciaires

La réunion du conseil national du Forum des chefs d’entreprise (FCE), annoncée avant-hier, se tiendra la fin de ce mois, « avec la présence de 52 membres désignés par Ali Haddad, le président du FCE », nous a révélé hier, un membre du forum qui a préféré s’exprimer sous l’anonymat.

Pour notre source, contactée par téléphone, «Ali Haddad va prendre sa retraite à la tête du FCE le 30 mars prochain», alors que le successeur, qui serait élu par les membres présents, «ne diffèrera pas, non plus, de Haddad», a précisé notre interlocuteur, en prenant le soin de préciser que les 52 membres attendus à la réunion, «ne pourrons jamais s’opposer au patron qui les a désignés lui-même d’une manière illégale». Et à notre source d’expliquer qu’après cette «soit disant» réunion, «une Assemblée générale extraordinaire aura lieu avec les mêmes membres», ajoutant que l’«initiative d’Ali Haddad» d’organiser la réunion du conseil national du FCE, « est une stratégie de sa part pour ne pas affronter les membres du FCE qui sont contre lui depuis que celui-ci a transformé le FCE en une organisation syndicale». Allant plus loin dans son réquisitoire, notre source a révélé que «des patrons des entreprises, membres du FCE, comptent poursuivre Ali Haddad et son groupe en justice», pour «récupérer l’organisation et la remettre sur de bons rails», explique notre interlocuteur, membre influent au sein du FCE. D’après notre source, « Haddad a dissout le FCE en tant qu’association, pour le transformer en un syndicat, d’une manière illégale », comme autre accusation portée par ce chef d’entreprise pour qui, «Haddad a opéré un coup d’état au sein du FCE pour dissoudre l’organisation». Une raison pour laquelle, poursuit notre interlocuteur, «on a demandé, il y a dix jours de cela déjà, la tenue d’une Assemblée générale», nous a affirmé notre source, dans «le souci de préserver l’organisation patronale et la réhabiliter dans sa mission initiale». Toutefois, l’AG en question et telle qu’elle aurait été voulue par les membres du FCE «opposants à Haddad», n’a pas eu lieu, conclut notre interlocuteur.
Il est bon de rappeler que Mohamed-Laïd Benamor, membre du FCE et occupant auparavant le poste de vice-président, a démissionné de son poste, fin février dernier. Avant-hier, il a affirmé que «le départ de Ali Haddad de la tête du FCE ne règlera pas tous les problèmes» de l’organisation «d’un coup de baguette magique».
Mieux, il révélera que «beaucoup de chefs d’entreprise ont subi le système ces dernières années y compris au sein du FCE », en ajoutant que, «le renouveau passera aussi par le toilettage des modalités de fonctionnement du FCE, la réflexion autour des instances de gouvernance et la redéfinition des missions dévolues à un syndicat patronal».
Sarah Oubraham