Metro d'Alger

UNE FILIALE 100% NATIONALE SE CHARGERA DE LA GESTION DE L’ENTREPRISE : L’Algérie reprend la main sur le Métro d’Alger

Le ministre des Transports, Hani Lazhar, a fait savoir que la gestion du métro d’Alger sera confiée, à partir du 1er novembre prochain, à une entreprise 100% algérienne à savoir une filiale de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA).

Lazhar a précisé jeudi que le contrat liant l’EMA au partenaire étranger (RATP- El Djazaïr, filiale de la compagnie française RATP-Développement), arrivera à son terme le 31 octobre courant. À l’occasion d’une visite d’inspection des travaux de l’extension du Métro d’Alger sur la ligne Est, en direction de l’aéroport international d’Alger, le ministre a mis en avant les compétences nationales, assurant que le partenariat étranger entrepris dans le cadre de l’assistance technique dans l’exploitation du projet (durant 8 ans) avait permis aux cadres et aux ingénieurs algériens d’acquérir l’expérience requise tout au long de ces années. Concernant l’avancement des travaux de l’extension du métro d’Alger, sur la ligne reliant El Harrach centre à l’aéroport  international d’Alger, les responsables du projet ont affirmé sur place que les travaux avancent bien en dépit de la situation sanitaire que traverse le pays. Ils ont précisé que l’utilisation du tunnelier, acquis par l’entreprise publique Cosider  en octobre 2019, a permis d’avancer dans le forage des tunnels et d’accélérer les travaux d’extension de cette ligne afin de livrer le projet dans les délais prévus. « Le tunnelier de 104 mètres de longueur et 10 mètres de diamètre,  est doté des dernières technologies de forage et de pompage de béton armé, permettra d’excaver entre 16 et 24 mètres/jour », a-t-on indiqué. Soulignant l’aspect socioéconomique du projet,  les responsables ont affirmé que l’extension de la ligne du métro d’Alger reliant El Harrach centre à l’Aéroport international Houari Boumediene sur une longueur de 9,5 kilomètres, dessert les quartiers denses en population tels que Beaulieu, Oued Smar, Bab Ezzouar, le pôle universitaire d’El Harrach, le quartier des affaires de Bab Ezzouar et l’université Houari Boumediene (USTHB). En outre, elle relie le tramway au carrefour de l’USTHB et offre une multi modalité de transport urbain au niveau de cette station. Concernant, par ailleurs la reprise de l’activité du transport par le métro d’Alger, le ministre a fait savoir qu’elle dépendrait entièrement de la situation sanitaire du pays et de la décision du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19.
Ania Nch