explosion gaz

UNE EXPLOSION DE GAZ A FAIT 5 MORTS ET 10 BLESSÉS À EL BAYADH : A-t-on respecté la zone de servitude à Rogassa ?

L’ explosion dramatique de gaz qui a secoué la région de Rogassa, dans la wilaya d’El-Bayadh et qui a fait cinq morts et une dizaine de blessés remet sur les devants de la scène le débat sur la sécurité et l’urbanisme dans les zones habitées. Elle remet également sur le tapis le débat sur les installations et les activités classées en milieu urbain. Force est de reconnaitre, et l’enquête le déterminera sûrement, que cet accident est le résultat d’une série de négligences. Par exemple, ce qui parait une piste, on ne construit pas sur une conduite de gaz de haute ou moyenne pression. Dans la réglementation, les conduites et autres installations de gaz sont séparées des constructions par une zone de sécurité appelée zone de servitude. Cette zone était, avant 1998, fixée à 150 mètres de part et d’autre de la conduite. Toute construction dans cette zone était interdite. L’ APN avait promulgué une nouvelle loi qui réduisait à 70 mètres de part et d’autre cette zone. Curieusement, les services chargés de veiller au strict respect de cette disposition légale, font souvent preuve de laxisme. Des habitations sont construites sans le respect de cette zone et parfois des installations de gaz, dangereuses se retrouvent même dans les cours de certaines maisons comme c’est le cas à Oran. Et ces cas ne sont pas spécifiques à cette région du pays, mais sont courant comme le démontre l’accident de Rogassa. Pire encore, certaines installations classées dangereuses sont implantées dans le tissu urbain. Leur déplacement s‘impose pour éviter que d’autres accidents ne viennent endeuiller des familles algériennes. Il y’a deux ans, le 17 septembre 2018, l’explosion d’un gazoduc alimentant la raffinerie de Sidi R’zine à Baraki avait fait deux morts et plusieurs blessés. L’enquête avait conclu à cette époque à la détérioration du gazoduc alimentant la raffinerie par un engin des travaux publics. C’est pourquoi, le moment est venu de se montrer ferme dans l’application des lois régissant l’urbanisme et l’implantation d’installations dangereuses dans les zones d’habitation.
Slimane Ben

Le Président ordonne l’ouverture d’une enquête
L e président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans un message de condoléances adressé aux familles des victimes de l’explosion de la ville d’El Bayadh, survenue hier, a indiqué avoir dépêché sur les lieux du drame une délégation ministérielle composée des ministres de l’Intérieur et de la Santé. Également, le chef de l’État a ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes de l’accident et probablement situer les responsabilités derrière ce drame. « Suite à l’accident tragique causé par une fuite de gaz survenue dans la ville d’El Bayadh et qui a fait quatre morts et des blessés, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune pré- sente ses condoléances les plus sincères et les plus attristées aux familles des victimes, priant Allah le Tout-Puissant d’accorder à leurs âmes Sa Sainte Miséricorde et aux blessés prompt rétablissement », lit-t-on dans le message. Le président de la République a dépêché, suite à cet accident et « en toute urgence », les ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, et de l’Énergie à l’effet de « s’enquérir des incidences de cet accident tragique et de prendre toutes les mesures indispensables à la prise en charge des sinistrés ». Le président Tebboune a également ordonné au ministre de l’Intérieur, « l’ouverture d’une enquête approfondie, pour déterminer les tenants et aboutissants de l’incident et définir les responsabilités », conclut la même source.
R. N.