Une commission mixte éducaiton-syndicat pour examiner le point lié à la promotion des enseignants : Un premier acquis pour le Cnapeste ?

Figurant dans la liste des principales revendications du CNAPESTE, la promotion des enseignants aux grades supérieurs est désormais une question prise en charge par le ministère de l’Éducation nationale. Lors de la rencontre ayant regroupé, dimanche, les deux parties, il a été décidé d’installer une commission mixte devant rendre ses conclusions avant la fin de ce mois en cours.
Il s’agit, pour le coordinateur national du Conseil national des professionnels du secteur ternaire de l’Éducation, Oulha Salim, de « premier résultat positif » après le long bras de fer ayant opposé son syndicat avec la tutelle. S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, le syndicaliste a fait savoir que les négociations entamées dimanche après-midi entre le CNAPESTE et les responsables du ministère de l’Éducation avaient duré pas moins de 13h de temps. Celles-ci ont donné lieu, selon lui, à de premiers résultats « positifs » pour la prise en charge des revendications des enseignants à l’origine d’une grève illimitée à l’échelle national ayant été suspendue jeudi 1er mars. À propos de cette commission installée pour la promotion des enseignants aux grades supérieurs, Oulha a souligné que les travaux de cette dernière seront limités dans le temps puisqu’elle devra rendre ses conclusions avant la fin du 31 mars. Sa mission sera, notamment, de comment déterminer le quota de promotions aux grades divers, a-t-il expliqué, indiquant que le ministère avait décidé d’organiser un concours pour la promotion aux grades supérieurs. Parmi les points qui n’ont toujours pas été traités, souligne, toutefois, le coordinateur national du CNAPESTE, il y a celui des 436 enseignants radiés en raison de leur participation à la grève. Selon lui, le syndicat estime qu’il n’est pas nécessaire que ces derniers déposent d’abord des recours au niveau des directions de l’Éducation pour qu’ils puissent être réintégrés, alors que le ministère insiste sur la procédure. Oulha, a fait savoir, à ce propos, que le débat autour de cette question est resté ouvert, jusqu’à trouver une solution qui puisse convenir aux deux parties. S’agissant des autres revendications du CNAPESTE, le syndicaliste a indiqué que le dialogue devra se poursuivre avec la tutelle soulignant qu’une réunion du bureau national du conseil devra être organisée dans les jours qui suivent. Pour rappel, Le CNAPESTE réclame la prise en charge de certains cas relatifs aux postes en voie de disparition tout en assurant leur formation jusqu’à la prise en charge totale de ces cas. Le syndicat revendique en outre l’installation officielle des structures de la médecine de travail, de formule de logement au profit des enseignants, de calcul des années d’étude aux Écoles normales supérieures dans le parcours professionnel et dans sa retraite, de l’inventaire des biens des œuvres sociales, du droit à la prime d’excellence et celle du Sud avec un calcul sur la base de l’actuelle grille des salaires.
Ania Nait Chalal-Nait Baha