Un drame endeuille la famille médicale : Décès de trois médecins asphyxiés au CO

La corporation médicale a été plongée dans l’émoi et la consternation durant la matinée d’hier, aussitôt la nouvelle de la mort par asphyxie au monoxyde de carbone de trois jeunes médecins, dont deux résidentes. La fâcheuse nouvelle s’est propagée telle une traînée de poudre. La nuit de mardi à mercredi a été tragique pour la corporation médicale, qui a perdus trois médecins asphyxiées, par le monoxyde de carbone dans leur appartement sis à proximité du Centre hospitalo-universitaire de Douera. Les trois victimes sont le Dr Brague Chahinez, résidente en chirurgie maxillo-faciale, Dr Dahmani Amel, résidente en rhumatologie ainsi que sa sœur Dr Dahmani Bouchra, docteur en médecine vétérinaire. Aussi, deux autres résidentes, habitant le même appartement, ont été intoxiquées et sont actuellement en observation. Il s’agit du Dr Driouche Houria et Dr Bensaada Sabrina, qui occupaient le même appartement. Le sous-lieutenant de la cellule de communication de la direction de wilaya de la Protection civile, Sadek Kamel a expliqué dans une déclaration à l’Aps que « l’accident d’intoxication au CO, émanant d’un appareil de chauffage, a été enregistré aux environs de 21h00, survenu dans un appartement situé au niveau de la Coopérative « El Feth » (Douera), faisant trois femmes décédées et deux autres dans un état critique (réanimation) ».
Suite à cet accident tragique, le Collectif autonome des médecins résidents (Camra) ainsi que le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière ont décidé de reporter la réunion de concertation prévue hier. La réunion qui était programmée pour discuter des nouveaux rebondissements dans la grève des médecins résidents a été reportée au premier avril prochain. Le dialogue étant interrompu depuis février dernier, devait reprendre hier, après la décision des résidents de boycotter le diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS), dessinant ainsi l’année blanche. La réunion intervient, également, au lendemain du soutien de la corporation médicale aux résidents.
Dans la foulée des évènements, le Camra a également appelé à un deuil de trois jours en la mémoire des résidentes victimes de cet accident.
Le Collectif a appelé, entre autres, à un sit-in national aujourd’hui au CHU de Douera à 10 h en guise de soutien aux résidentes hospitalisées, dont ceux blessés au rassemblement du 3 janvier dernier au CHU de Mustapha Pacha. L’accident d’hier, a rouvert le débat autour de l’indisponibilité des logements de fonction au profit des résidents. En effet, à travers les réseaux sociaux, les médecins, se sont indignés face à la non-conformité des logements mis à la disposition des médecins. D’ailleurs, ces derniers se retrouvent souvent obligés de louer des appartements qui ne répondent pas à un certain nombre de critères de confort, ni de sécurité, bien que la loi leur permettent de bénéficier de logements de fonction. Le retard dans l’octroi des logements de fonction promis aux médecins a été également déploré par ces derniers, qui réclament qu’ils soient logés dans de bonnes conditions.
Lamia Boufassa

Les condoléances du ministre Hasbellaoui
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a réagi au drame, survenu hier à Douéra (Alger), où deux médecins résidentes en sciences médicales et une autre femme, membre de leurs familles, ont péri toutes les trois à l’intérieur de leur domicile après avoir été asphyxiées au gaz du monoxyde de carbone. «Suite au décès tragique de deux résidentes en sciences médicales du CHU de Douéra et d’un membre de leur famille ainsi que l’hospitalisation de deux autres résidentes, le ministère de la Santé (…) le Pr Mokhtar Hasbellaoui, présente ses sincères condoléances aux familles des défuntes et les assure de sa profonde et réelle compassion. Le Pr Hasebbaoui exprime également ses souhaits de prompt rétablissement aux 02 résidentes hospitalisées au CHU Douéra», écrit le ministre dans un communiqué laconique. Le département dirigé par Hasbellaoui a confirmé également le report de la réunion, qui devait avoir lieu hier même, avec les représentants des résidents.
L. B.