Air Algérie

TROISIÈME JOUR DE DÉBRAYAGE DES PNC D’AIR ALGÉRIE : 82 grévistes suspendus de façon conservatoire

Le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi, a annoncé hier l’installation d’une cellule de crise pour le réaménagement et la révision du programme des vols de la compagnie aérienne nationale, dont certains ont été annulés, et d’autres perturbés, à cause du débrayage du personnel navigant commercial (PNC), qui s’est poursuivi, hier, pour le troisième jour de suite.

Hôte de l’émission « l’Invité de la matinée » de la Chaîne I de la Radio nationale, le responsable de la direction d’Air Algérie a dévoilé certaines des mesures prises par l’entreprise pour parer aux désagréments causés par ce mouvement de protestation, dont l’affrètement de deux avions de la compagnie Tassili Airlines. En plus, Air Algérie se contractera avec des stewards et hôtesses de l’air, fraîchement diplômés d’écoles agréées par l’État, à l’effet de combler le manque du personnel navigant commercial.  « Nous avons pu assurer 60 % des vols programmés », a indiqué Andaloussi en ce sens. Abordant le mouvement de protestation des PNC, le porte-parole de la compagnie n’a pas été tendre avec les grévistes, dont il a dénoncé le recours à la grève sans préavis qui a, selon lui, surpris la compagnie nationale. À propos des revendications soulevées par les grévistes, il dit avoir consulté la liste des revendications des PNC « sur les réseaux sociaux », et qui s’avèreraient être « dans leurs majorités des revendications socioprofessionnelles ».
Au titre des mesures de sanction contre le personnel gréviste, dont l’action de protestation a été déclarée « illégale » par le tribunal de Dar El Beïda, d’Alger, Andaloussi a souligné que 82 stewards et hôtesses de l’air étaient suspendus de façon conservatoire, estimant le nombre PNC à 1 100 employés, répartis sur 56 avions, qui s’ajoute à environ 9 600 salariés de la compagnie. Le même responsable a fait état d’un plan d’urgence pour renforcer la flotte d’Air Algérie pour l’acquisition, dans une démarche progressive, de 29 avions. Sur la question de la concurrence, le porte-parole de l’entreprise aérienne publique considère de « menace directe sur l’activité » d’Air Algérie, l’intention notamment de la compagnie française d’entrer sur le marché algérien à travers le lancement d’un grand plan d’investissement pour fournir une offre de 17 fréquences hebdomadaires entre l’Algérie et la France. Interrogé sur les parts de marché d’Air Algérie, Andaloussi a indiqué que la compagnie en détient plus de 52 % entre l’Algérie et la France, estimant que le secteur aérien « est très concurrentiel » alors que les marges bénéficiaires « sont faibles ». Le porte-parole d’Air Algérie révèle enfin que 23 compagnies aériennes ont fait faillite l’année dernière dans le monde et 15 compagnies sont menacées de fermeture pour l’année 2020. Abordant la cherté des prix des billets d’avion, notamment en saison estivale, le porte-voix d’Air Algérie explique ce fait en renvoyant au principe de l’offre et la demande, comme règle de marché qui détermine les tarifs des billets.
Hamid Mecheri