Tizi Ouzou : le CHU Nedir Mohammed sous pression

Pour désengorger l’actuel centre hospitalo-universitaire Nedir Mohamed de Tizi ouzou qui couvre une population de trois millions d’habitants, la wilaya bénéficiera d’un autre établissement du même statut. Cet hôpital de 500 lits fait partie des CHU qui seront construits à Alger (700 lits), Batna et deux villes du Sud du pays. Il faut noter que l’actuel CHU de la capitale du Djurdjura qui était doté de 890 lits, est passé à 1 100 lits organisés et de 31 services à 42 services englobant ainsi l’ensemble des disciplines médico-chirurgicales de biologie, de radiologie et autres explorations. Le personnel exerçant au niveau de l’établissement en question avoisine les 250 travailleurs avec 16 professeurs, 120 maîtres-assistants, 140 médecins spécialistes, 280 résidants et 870 paramédicaux, sans tenir compte des recrutements prévus pour l’année 2009. L’établissement offre des soins hautement spécialisés, il assure la formation continue pour environ 250 médecins généralistes et pour une centaine de spécialistes. Le CHU Nedir Mohammed de Tizi Ouzou enregistre une activité intense dépassant ses capacités d’accueil enregistrant 194 901 consultations en 2012, et
199 126 consultations en 2013, pour l’année en cours, le chiffre est de 116 253 consultations pour le premier semestre. Il accueille aussi, à cet effet, des patients en provenance de plusieurs wilayas du pays comme Béjaïa, Boumerdes, Bouira et même en dehors de la région du centre du pays comme Djelfa et autres villes. Il y a quelques jours, le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghui, a présidé une séance de travail consacrée à l’état des lieux de cet établissement hospitalier pour faire le point sur les contraintes rencontrées et parler des solutions préconisées. Ont pris part à cette réunion, le président de l’APW, le directeur général de l’établissement, le directeur de la santé et de la population, les chefs de daïras, les chefs de services du CHU et les directeurs des EPSP et des EPH. Le premier responsable du CHU, le professeur Abbès Ziri, a cerné, à l’occasion, les contraintes et les lacunes auxquelles fait face l’établissement avant que le wali ne déclare que l’établissement doit être doté « d’une véritable feuille de route pour la bonne gestion de l’établissement, voulant faire de ce dernier un véritable pôle d’excellence en matière de prestations spécialisées doté de moyens humains et matériels ».
M. Yassini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>