kheloui

Tizi-Ouzou : Hommage à Kheloui Lounès

La ville de Tizi-Ouzou, a abrité samedi, le premier événement artistique de l’année 2017.  Un  triple hommage rendu à titre posthume aux défunts Kheloui Lounès, Bouaraba Mohand Ouidir dit Dda Belaid, et Mouloud Habib. Il a été organisé  par la maison de production « M-ImagesProd» avec l’encadrement  de la direction de la culture de la wilaya.

En effet, cette journée culturelle et artistique qui a lieu, à la grande salle des fêtes du parc Tamaghra de Tizi-Ouzou à été  consacrée  pour   rendre un vibrant hommage à Kheloui Lounès qui fût un des maitres de la chanson kabyle chaâbi et également une  occasion pour évoquer deux autres artistes, à savoir le comédien Dda Belaid de son vrai nom Mohand Ou Idir Bouaraba et l’artiste et animateur de radio, le regretté Mouloud Habib. Ils sont venus nombreux pour témoigner et confirmer leur apport dans la musique d’une façon  générale, dans le beau, dans l’esthétique, dans le message qu’ils ont transmis.  Plusieurs  chanteurs étaient présents dès la première heure de l’hommage en l’occurrence, Assam Mouloud,  Kaci Boussaad, Ali Meziane, Yasmina, Djida Tamechtouht, Idir Bellali, Djamal kaloune, Djamel Alem, Belaid Tagrawla, Mdjahed Hamid, Abdelkader Chaou, Silia Nait Mohand,  Bennani mais aussi de nombreux comédiens de la radio et de la télévision et d’autres . C’est par une émouvante minute de silence à la mémoire des défunts artistes que le rendez-vous a débuté puis des témoignages qui se sont poursuivis avec la projection de portraits des artistes disparus.  Présente à cette rencontre, Goumeziane Nabila, directrice de la culture de la wilaya a estimé que cet hommage est une initiative très louable envers ces artistes que nous regrettons déjà, qui ont tant donné à  la culture algérienne d’une manière générale et à  la culture amazighe d’une manière particulière.
« Ce genre d’hommage doit être rendu assez souvent, car  il faut se pencher sur leurs œuvres, les transmettre  et les diffuser » a-t-elle recommandé.  Par ailleurs, la chanteuse  Yasmina,  interrogée  sur le choix de la chanson de Kheloui qu’elle a interprétée dans le cadre de cet hommage, l’artiste a répondu  que ce fût l’une des plus touchantes. Elle a profité de l’occasion pour dire que « La culture est un moyen pour  l’épanouissement individuel, également pour  la transformation de la société toute entière. Il doit être protégé et conservé, pour la génération future » a-t-elle recommandé.   « Il faut passer les messages qu’ils nous ont laissés derrière eux, les œuvres de Cheikh Lounès, devront être préservées et transmises » a estimé  Assam mouloud.  Djamel Allam,  pour sa part, a exprimé son regret quant à cette immense perte. « On vient de rendre hommage à Alger à El Fergani et à Amar Ezzahi. Aujourd’hui, nous le rendons à trois autres qui sont partis trop tôt ! », Ils resteront vivants avec leurs œuvres et ce qu’ils ont laissé derrière eux».  Profitant de l’occasion, il a fait savoir qu’il fêtera  ses  50ans de carrières cette année, à l’opéra d’Alger,  où un album en live sera enregistré avec l’orchestre symphonique national qui regroupera  une  vingtaine de chansons de sa carrière.  Pour Rappel, Lounès Kheloui est décédé un triste jeudi 3 novembre et  a laissé un vide incommensurable sur la scène artistique kabyle car il était un artiste exceptionnel en son genre avec son  style de musique propre à lui où il a réussi à marier deux styles: le folklore kabyle et le chaâbi algérois. Il a chanté  l’amour, la tendresse, la vie, la misère, l’exil,  autant de thèmes que Lounès Kheloui savait décrire avec un talent certain et avec beaucoup d’émotion dans le choix des mots.  Il s’est beaucoup inspiré de son propre vécu d’enfant d’une famille modeste et généreuse. Il a toujours accompagné, nourri et calmé la solitude de ses fans. Il était un artiste particulier tant sa personnalité était pétrie des valeurs de modestie et d’humilité, héritées de ses aïeux dans son village kabyle, Taddart Tamoqrante,   le même que celui du maitre  Cheikh El Hasnaoui. Son dernier album fût sorti après sa mort et réalisé un grand succès.  Pour conclure,   les membres des familles des trois artistes Lounès Kheloui, Mouloud Habib et Dda Belaid ont été présents et reçus en fin de la soirée des cadeaux à cette occasion qui fût grandiose !  Enfin, l’hommage a été à la hauteur de ces regrettés  que la scène artistique algérienne à perdus.
Djedjiga Hamitouche