Feu

Tiaret : Des centaines d’hectares détruits par le feu à la forêt du Plateau

Des centaines d’hectares ont été détruits dans l’incendie qui s’est déclaré dimanche dans la forêt du Plateau (wilaya de Tiaret), indique mardi un bilan préliminaire de la Conservation des forêts.

Les efforts se poursuivaient pour venir à bout du feu, qui a été quasiment maîtrisé lundi, a-t-on indiqué, précisant que d’après des enquêtes préliminaires, il s’agirait d’un acte criminel. Les vents et la canicule enregistrée dans la région, ajoutés à la nature des arbres (pin d’Alep) rapidement inflammables, ont contribué à l’extension de l’incendie aux zones forestières mitoyennes et aux agglomérations riveraines, notamment Guertoufa et Tagdamet, a-t-on fait savoir. L’incendie, qui a causé la perte de nombreuses espèces végétales et animales, est maîtrisé à une large échelle, a-t-on assuré. Le chargé d’information auprès de la direction de la Protection civile de la wilaya de Tiaret, le capitaine Rabah Boukhari a affirmé que l’incendie est relativement contrôlé et reste à empêcher de se raviver quelques petits foyers de feu. L’opération d’intervention des services de la protection civile pour circonscrire l’incendie a mobilisé d’importants moyens humains et matériels, et a nécessité un renfort de Relizane et de Djelfa, en plus du soutien des agents et du matériel des subdivisons des forêts de la wilaya et d’éléments de l’Armée nationale populaire ainsi que des services de la sûreté et du secteur des travaux publics, a-t-on fait savoir. La forêt du Plateau est caractérisée par des reliefs accidentés et difficiles d’accès. A noter que de nombreux citoyens riverains à la forêt ont participé aux interventions pour aider les services mobilisés, alors que d’autres initiatives des représentants de la société civile locale ont été menées pour fournir les repas aux équipes mobilisées, dans un élan de solidarité. A rappeler qu’à titre préventif, les services compétents ont été contraints de couper temporairement le courant électrique et l’alimentation en gaz, ainsi que de suspendre l’activité des gazoducs qui traversent la région, a-t-on ajouté.