EPH Chlef

Suspendu à titre conservatoire : Un chirurgien de l’EPH de Chlef réclame une commission d’enquête du ministère de la Santé

Le chirurgien vasculaire de l’hôpital des «Sœurs Bedj» de Chlef, Dr. Youcef Achira Yakoub a réclamé, dimanche, l’envoi d’une commission d’enquête du ministère de la Santé, pour statuer à propos de la décision de sa suspension à titre conservatoire, émise par la direction de l’hôpital, au moment où la direction locale de la santé a introduit l’affaire en justice.

Dans un point de presse animé, à la maison de la presse de Chlef, Dr. Youcef Achira Yakoub a qualifié sa suspension à titre conservatoire, d’«abusive», tout en assurant qu’elle «n’a aucune relation avec les pratiques professionnelles», et en réclamant l’envoi d’une «commission d’enquête du ministère de tutelle pour statuer sur mon affaire», a-t-il dit. «Les raisons invoquées par l’administration dans le PV de ma suspension sont fictives et infondées», a-t-il assuré, en outre. Il a cité parmi ces motifs réfutés par lui, des «rapports introduits par ses confrères contre lui, outre des causes techniques liées à des pratiques professionnelles, dont l’introduction de malades au bloc opératoire, sans rendez- vous ou sans diagnostic général.» Et de poursuivre, «je n’ai reçu aucune convocation pour me présenter devant la commission paritaire ou le conseil de discipline en 2018», affirmant, en outre, avoir «introduit de nombreux rapports et réserves à propos de certaines insuffisances» constatées dans le service, dans «l’intérêt général de l’établissement», a-t-il soutenu. S’agissant de sa prise en charge de malades qui ne sont pas de Chlef, le spécialiste a évoqué la déontologie professionnelle qui lui impose, a-t-il dit, «de prendre en charge tout malade algérien atteint de maladies vasculaires.» À noter que la direction de la santé de la wilaya de Chlef a organisé, samedi, une conférence de presse dédiée à cette affaire qui a suscité l’intérêt de l’opinion publique locale, et très commentée sur les réseaux sociaux. Dans sa déclaration à la presse à cette occasion, le directeur de la santé de Chlef, Dekouka Sid-Ahmed, a cité des «raisons d’éthique» à l’origine de la suspension à titre conservatoire de ce médecin spécialiste, en évoquant des «rapports introduits contre lui par ses confrères, outre des raisons techniques», qu’il s’est réservé le droit de ne pas citer «jusqu’à parachèvement des enquêtes», a-t-il indiqué. La direction de la santé a décidé l’introduction de cette affaire en justice, car «elle a pris des proportions en devenant une affaire publique», a-t-il ajouté, assurant que tout «chirurgien, quelles que soient ses aptitudes, est tenu de respecter ses confrères, au même titre que la déontologie professionnelle.» Aussi, la direction de la santé de Chlef s’est engagée de prendre en charge des malades en attente d’interventions en chirurgie vasculaire, qui seront réalisées prochainement, par une spécialiste du domaine, est-il signalé. À noter que l’affaire en question a été divulguée suite à une émission réalisée par une chaîne satellitaire privée dans laquelle l’invité, en l’occurence le Dr. Youcef Achira Yakoub, avait évoqué sa «suspension abusive» par l’administration de son hôpital. Ses déclarations ont soulevé un tollé chez l’opinion publique locale, qui s’est dite offusquée par le traitement réservé à ce cadre du secteur local de la santé.