c600af9d1827982d0c08f7d597dc5dc9_M

REVUE EL DJEÏCH : « Le changement revendiqué par le peuple est déjà en route »

L’Armée nationale populaire a fait de la dernière sortie auguste du président de la République contre la « Issaba » -derrière le blocage du développement du pays initié sous sa férule- ainsi que l’ouverture des grands chantiers de son programme de réforme comme le projet de Constitution, les choux gras de son organe d’information. Ainsi, dans sa dernière livraison, la revue El Djeïch s’est attardée particulièrement sur les messages du chef de l’État, décochés lors de la rencontre Gouvernement-walis, et par lesquels Abdelmadjid Tebboune n’a pas été tendre avec ceux qui mettent les bâtons dans les roues dans cette administration héritée de l’ancien régime, un nid de toutes sortes de pratiques scabreuses comme la corruption, les passe-droits, le népotisme…Le tout au détriment d’un peuple poussé par le poids d’une injustice régnante pendant 20 ans à sortir dans la rue, un certain 22 février historique, à demander justice et à édifier un État de droit.
Après avoir abordé la rentrée sociale qui est à nos portes dans un contexte de crise sanitaire, l’édito d’El Djeich a mis l’accent sur le référendum populaire du 1er novembre sur la révision de la Constitution avec tout ce que le projet véhicule comme réforme sur laquelle il conviendra d’asseoir l’Algérie nouvelle. Un « changement global et radical, tel que revendiqué par le peuple algérien, est déjà en route et qu’il avance à pas sûrs », cite l’ANP, faisant le lien avec les derniers incidents qui ont émaillé la vie sociale du pays, à l’exemple des pénuries tous azimuts en eau, électricité et liquidités dans les bureaux de poste, ou encore ces pyromanes qui ont mis le feu aux poudres en vue de torpiller le programme présidentiel. N’empêche, « les prémisses de ce changement souhaité commencent à poindre à l’horizon », estime l’ANP. Pour preuve, « ce changement s’est manifesté par une ferme détermination à imprimer une réelle impulsion au développement national, en particulier au niveau des zones d’ombre qui ont souffert, des années durant, de la marginalisation, alors qu’au plan extérieur notre pays a renoué avec son leadership à l’échelle régionale et internationale.»
Toutefois, l’édito de l’organe d’information de l’ANP estime que ce changement tant revendiqué par le peuple passe par une opération de déminage pour ainsi dire, autrement déblayer ce terrain parsemé  d’embuches hérité de l’ancien régime. « Il est certain que l’instauration de l’État de droit, la concrétisation des revendications légitimes du peuple et l’élimination de l’héritage des 20 dernières années, impliquent nécessairement la conjugaison des efforts de tous et le resserrement des rangs afin de renforcer et consolider le front interne, unifier les rangs, susciter l’espoir en l’avenir et, par là même, résoudre progressivement les problèmes accumulés», pouvait-on y lire. Il va sans dire que la mise en place d’une assise à la nouvelle Algérie aura des conséquences positives comme contribuer « au renforcement de la stabilité nationale et à la mise en échec de toute tentative des forces opposées au changement d’ébranler cette stabilité, comme l’a réaffirmé le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune (…)», explique-t-on.
F. Bellili