Transport marchandise

RETARD DANS LE DÉCHARGEMENT DES CONTAINERS : 9,7 Mds DA de pertes pour le Trésor

Le ministre des Transports, Lazhar Hani a indiqué, hier, que d’énormes pertes, durant l’année 2019, ont été enregistrées à cause du retard dans le déchargement des containers au niveau des ports. Lors de son intervention, hier, à l’issue de la 1ère édition du « Forum des transports » organisé sous le thème « transport maritime de marchandises…quels mécanismes et solutions pour stopper l’hémorragie de devises? » au siège du ministère, Lazhar Hani a fait savoir que ce retard est dû à « la lenteur du transport maritime des marchandises », estimant ces pertes à « 9,7 milliards de dinars ». « C’est une énorme perte qu’engendre ce phénomène » déclare-t-il, en citant les carences des ports du pays, notamment en termes de gestion et de modernisation. Dans ce contexte, il dira : « les ports algériens ne sont pas modernes et faibles en termes de gestion, en plus du coût élevé de la location de containers par les importateurs». Egalement, le premier responsable du secteur a abordé le problème des containers qui occupent le port pour de longues périodes. À ce propos, il annonçe des amendes financières strictes contre les concessionnaires qui causent ce problème, notamment quand les containers sont vides. « Des amendes seront imposées contre les concessionnaires qui font du retard dans le retour des conteneurs à leurs propriétaires au niveau des ports  dépassant le délai de 30 jours », précise-t-il avant d’ajouter que ces amendes diffèrent selon la durée entre (30-40 jours) et (41à 51 jours), et pour la bonne gestion des ports, le ministre a précisé que les containers vides seront retournés directement des ports». Evoquant le point du développement, Lazhar a précisé que malheureusement le port algérien n’est pas équipé des moyens modernes, c’est pour cela que le gouvernement compte le moderniser pour qu’il soit conforme aux normes internationales. Pour rappel, le Forum des transports est un rendez-vous qui se tient mensuellement et qui s’inscrit « dans le cadre de la stratégie de la communication adoptée par le ministère des Transports en vue de débattre et de traiter les différentes problématiques du secteur, afin de donner au pays une nouvelle dynamique socioéconomique ».
S. Oubraham