Réseau Nada

RÉSEAU «NADA» : Appel à l’augmentation de la pension des enfants au sein des familles d’accueil

Le président du Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant «Nada», Abderrahmane Arar, a lancé un appel, hier, pour revoir les procédures et les mesures qu’il faut suivre dans le domaine des famille d’accueil en Algérie.

Arar a insisté sur «l’installation d’une organisation spécialisé edans le contrôle des enfants dans les familles d’accueils, afin de les suivre de près» a-t-il déclaré en ajoutant «lorsque un juge se trouve obligé de mettre un enfant dans une famille d’accueil, afin de gérer une urgence, c’est l’État qui se charge des dépenses de cet enfant, en lui offrant une pension de 1600 da par mois, ce qui est très peu, surtout si cette famille est pauvre» a-t-il précisé.
Lors de son intervention à la conférence de presse, d’El-Moudjahid, hier, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, Abderrahmane Arar a plaidoyé pour une révision des lois et des textes qui régissent la protection de l’enfance en Algérie ; notamment la loi relative à la protection de l’enfant sur le plan judiciaire et social. Le président du Réseau «Nada» a réaffirmé «la nécessité de la protection ses droits des enfants, notamment ces droits à la sécurité sociale», confirmant, dans ce sens, qu’«il est important, aujourd’hui d’attribuer, à tout enfant, à la naissance un numéro d’immatriculation pour la sécurité sociale, un mécanisme qui a selon lui, donné ses fruits dans des expériences à l’échelle internationale», a-t-il poursuivi. D’autre part, en s’exprimant sur la situation difficile de l’enfant en Algérie, le responsable a indiqué que «cette situation est alarmante en matière de violence» a-t-il fait savoir, en mettant en évidence, «le besoin d’une collaboration entre les différents acteurs concernés pour la protection de cette tranche de la société» a-t-il affirmé. Dans le même sillage, M. Arar a fait savoir que «les associations de l’enfance dans notre pays n’ont pas le droit d’assister à la commission qui prend la décision de l’intégration des enfants dans des familles d’accueil, afin de participer à l’amélioration de cette loi, or que c’est très important» a-t-il conclu.
Lilia Sahed